mercredi 31 octobre 2007

Le cinéma de A à E

Films vus ces jours-ci: Adieu, plancher des vaches ! (1999) d’Otar Iosseliani. Je n’adhère pas beaucoup au romantisme de ce film (le romantisme des voleurs de vieille dame, le romantisme des vauriens qui pillent une cave) mais j’aime beaucoup la narration éparpillée en anecdotes, sans intrigue principale, sans acteurs célèbres, avec des dialogues minimalistes, dans des décors intéressants, et le jeu du réalisateur lui-même dans le rôle du vieux châtelain ivrogne. B. Le dvd comporte aussi un documentaire de 54 minutes... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 30 octobre 2007

Tournier extime

Dans son Journal extime, si j’ai bien compris, Michel Tournier rassemble des observations extraites de journaux et de carnets de diverses époques, notes sans date qu’il répartit en douze chapitres correspondant aux douze mois d’une année virtuelle. On y apprend en mars que l’auteur ne peut pas piffer «Céline et sa manière», en juin Barrès «malgré tous mes efforts», en novembre Pascal (le «monceau informe des Pensées … bêtisier systématique»). Tournier regrette plusieurs fois de n’être qu’un littéraire et d’avoir négligé sa formation... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 29 octobre 2007

Bicentenaire de Ternaux

Je n’y croyais pas trop, mais j’ai pu constater dernièrement que le Bulletin hispanique, de l’université de Bordeaux, a bel et bien publié cet été (tome 109, pages 301-314) la «Note bibliographique» que je lui avais soumise l’an dernier, «sur les œuvres de Henri Ternaux et leur postérité» (ternaux), afin de célébrer le bicentenaire de la naissance de cet historien (1807-1864). J’avais connu l’existence de Ternaux par hasard, vers la fin des années 80 ou le début des années 90, alors que je cherchais dans les livres de la matière à... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 octobre 2007

New Mexico

Vu New Mexico, paraît-il le premier western de Sam Peckinpah (1961). Une femme tombant amoureuse du type qui a accidentellement tué son fils, l’argument est risqué, mais ce petit film un peu beau, un peu réussi, ne manque pas de charme. J’aime beaucoup la tête maussade et la voix des deux protagonistes, Maureen O’Hara et Brian Keith. Ils sont plus beaux quand ils tirent la gueule que quand ils se mettent à fondre. Les couleurs délavées, aussi. C.
Posté par Ph B à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 octobre 2007

Lettre documentaire 403

MOUCHE SUR UN PARE-BRISE, par Jim Goad Vous filez sur l’autoroute, un jour où il fait si chaud que vous voyez l’asphalte vibrer en faisant comme des vagues. Vous êtes bien au frais dans l’habitacle climatisé. Des insectes, si mécaniquement idiots, mais libres, viennent s’écraser tout droit sur le pare-brise. Leur vie insignifiante prend fin instantanément, dans un choc inaudible. Tout ce qui reste de leur existence est un petit amas de sang et de viscères. Vous ne ressentez rien, vous continuez de rouler. Vous êtes plus proche... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 25 octobre 2007

Livre de rêve

J’ai rêvé que j’habitais au troisième étage, dans un vieil immeuble comme quand j’étais rue Sainte Catherine. C’était la nuit, j’étais près de la porte d’entrée de l’appartement, qui était ouverte sur le palier. J’entendais que deux personnes entraient dans le couloir, au rez-de-chaussée. L’une d’elles était Rétho, je l’entendais tonitruer des plaisanteries snobs comme à son habitude. Son compagnon montait me voir, c’était un jeune mec, dans les vingt ans, il me montrait deux exemplaires d’une sorte de livre d’artiste qu’il venait de... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 octobre 2007

Lettre documentaire 402

LES PUTES DE BURNSIDE, par Jim Goad Comme une hache qui fend un crâne en deux, Burnside Street traverse entièrement Portland, séparant nettement la ville entre sa partie nord et sa partie sud. Dans les adresses, toutes les rues au nord de Burnside ont un préfixe N, au sud un préfixe S. Burnside est l’Equateur de Portland. Selon une source, dans les années 1860, «les saloons et les marins faisaient à la rue une telle réputation qu’il était impossible à une entreprise respectable de s’y installer.» Cette tradition de débauche... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 24 octobre 2007

Coup de torchon

Vu Coup de torchon, de Bertrand Tavernier (1981) pour la curiosité de connaître l’actrice jouant l’institutrice, dont on m’avait parlé. C’est du cinéma de gauche, où comme par hasard tous les Blancs sont pourris (sauf l’instit) et tous les Noirs (ou le peu qu’on en voit) sont des braves types. A part ça, des petites histoires de bagarre et de coucherie sans grand intérêt, mais c’est assez divertissant, je ne me suis pas endormi. Jean-Pierre Marielle est à contre-emploi dans le rôle d’une fripouille, et mieux à sa place dans le rôle de... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 17:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 22 octobre 2007

La lettre de mon malin

Si je perdais l’appétit autant que je perds la mémoire, j’aurais sans doute une silhouette plus élancée, mais pour l’instant ça n’est pas le cas. Je dois et j’essaye de faire attention. Quand l’occasion se présente d’enfourner des ambroisies, pas facile de résister. Les développements de l’actualité m’ont inspiré l’idée d’une tactique, pour faire surgir ou conforter en moi l’esprit de résistance. Pourquoi ne pas me trimballer avec en poche une copie de la lettre de Guy Moquet? Quand viendrait la tentation, devant les rayons du... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]
vendredi 19 octobre 2007

Bavardise

Quand j’étais gosse, un professeur m’avait appris qu’il ne fallait pas employer le mot «bavardise», parce qu’il n’existait pas. Cela m’avait surpris, car je savais bien que je ne l’avais pas inventé, et que si je m’en servais, c’est que je l’avais entendu prononcer par d’autres. En y repensant, je cherche et je découvre que le mot était chez Littré. Il avait donc existé, mais dans le temps. Car d’une certaine manière, «exister», pour un mot, c’est être marqué dans le dictionnaire. Quant au Robert, pourtant si prompt à ramasser ce qui... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 12:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]