14358821_10210424627474955_7541438684404371235_n

J’ai entendu des experts expliquer cette imperfection du système électoral américain, que s’agissant d’un suffrage indirect, dans lequel l’électorat général n’élit que de grands électeurs, qui désignent à leur tour le président, il peut se produire une distorsion de la volonté populaire, telle que le gagnant soit élu par la majorité des grands électeurs, tout en étant minoritaire dans les voix de la base. Cela fait penser à ce qui se passe en pire dans les élections législatives françaises, où par le jeu des alliances, un parti minoritaire peut obtenir beaucoup plus de députés qu’un autre parti minoritaire, tout en ayant obtenu beaucoup moins de voix. Voir aussi ce qui arrive quand les «représentants» du peuple adoptent des lois, qui seraient refusées par la majorité du peuple s’il était consulté par référendum. Ces experts estimaient vraisemblable que Donald Trump perde à ce jeu, et que Hillary Clinton remporte la présidence en gagnant une majorité de grands électeurs, mais en étant minoritaire en voix. C’est le contraire qui s’est produit, Trump ayant gagné une confortable majorité de grands électeurs, tout en restant semble-t-il légèrement minoritaire en voix (quelque 0,2 %). Il y a là une petite injustice, dont on peut penser qu’après tout elle compense l’énorme injustice du traitement médiatique, les grands médias ayant pris parti quasi unanimement pour Clinton et contre Trump, ce qui n’était pas équitable. Et ce dernier a eu d’autant plus de mérite à s’imposer dans un contexte aussi déloyal.
Les meetings de Trump vont me manquer. Heureusement qu’on peut se les repasser sur YouTube. Il a certes du bagout dans les entretiens, mais c’est vraiment dans la harangue des foules qu’il sait déployer toute la puissance de l’upper-beauferie, qui fait son charme. Je me souviens qu’il y avait deux types de meetings, ceux où il commençait calmement puis allait crescendo pour finir en hurlant, et ceux où il était en pleine forme, les meilleurs, où il gueulait du début à la fin. Pour tout avouer j’aime bien aussi la voix nette et autoritaire de sa rivale Hillary, une autre forte personnalité, même si je ne partage pas ses idées.