samedi 19 septembre 2009

Ombre et lumière

A un ami, que de sérieuses raisons tiennent à l’écart du siècle, je donne maintenant rendez-vous à l’église, où l’on n’est pas bousculé. Ainsi toutes les quelques semaines hantons-nous Saint-André,  parfois Saint-Ferdinand... Nous nous installons discréto dans un coin et discutons de nos affaires à voix basse, dans la pénombre et l’encens. Lors de notre dernière entrevue, il m’a remis un manuscrit, dans lequel il a recopié avec soin et dans un certain ordre des citations de Georges Simenon, qu’il a augmentées de ses propres... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 1 septembre 2009

Levionnois mélangé

Mon chasseur de textes préféré a encore dégoté chez un bouquiniste de Saintes un livre de Louis Levionnois, qu'il me prête, cette fois-ci un volume de 400 pages de Mélanges, paru en 2001 aux Editions Les Aimereaux. C'est un recueil d'essais à dominante littéraire, sur des sujets comme «Jusqu'en Afrique», «Passage de Hölderlin en Charente», ou «A propos d'un daguerréotype de Nerval». Dans le rabat de la couverture on avait inséré quelques documents photocopiés, dont une carte à la saveur estivale et rurale, datée du 24 août 2001, que... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 22 août 2009

Journal roman

J’ai lu un peu, dans la mesure de mes moyens en temps et en énergie, dans le sympathique Journal roman, tome 2, de Louis Levionnois (extrait) que m’a prêté Talmont. Ce journal d’un an (1980-1981) a été imprimé en 2004 au Poiré-sur-Vie (Vendée) par l’Imprimerie Graphique de l’Ouest, probablement aux frais de l’auteur. Né en 1944 en Normandie, il a enseigné dans la région des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime (Niort, Melle, Aulnay, Saint-Jean d’Angély, c’est-à-dire dans nos coins, à Talmont et moi). Il y a été subjugué par la... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 05:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 6 août 2009

Journal roman, 2

"... la petite église sans style particulier de Deyrançon, avec ses dépendances et son cimetière, m'est apparue de nouveau dans la brume fraîche et dorée des premières heures d'une journée de soleil prometteur au seuil de l'été. Dans sa discrète et presque immatérielle pureté la vision fugitive, en cet instant, était très belle et comme hors du monde, irréelle et dans le monde encore néanmoins puisqu'en effet je savais de reste n'y plus demeurer que des morts. Elle m'était d'autant plus émouvante qu'aussitôt, à son aspect, elle... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :