lundi 30 avril 2012

Lettre documentaire 489

Quelques phrases des Cuadernos de vivir y pensar de Carlos Mastronardi(Academia Argentina de Letras, 1984)choisies et traduites par Philippe Billé Au fil des ans, nous accumulons les souvenirs comme si c’étaient des biens précieux. Quand le coffre est rempli, quand arrive la mort, nous jetons la clé à la mer, et nul ne saura ce que nous fûmes. Par magie, le coffre se vide au même instant. (page 28) Persistances, retours : mes rues quotidiennes sont pleines de morts. (40) Contre la lumière émanant des morts se découpent nos... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 25 avril 2012

mastronardi

En me renseignant sur les quelques hommes de lettres que Gombrowicz a fréquentés pendant son exil argentin, je suis tombé sur les Cuadernos de vivir y pensar, d'un certain Carlos Mastronardi (1901-1976). C'est un épais recueil de réflexions brèves, dépassant rarement la demi-page, et portant sur la littérature et le reste, réflexions que le poète avait consignées dans des cahiers à certaines périodes de sa vie, plus assidûment dans ses dernières années (il fête son soixante-dixième anniversaire aux deux tiers du volume). Cette édition... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,