vendredi 3 mai 2013

Le cinéma de A à E - japonaiserie et chinoiserie

J'ai failli regarder Soleil levant, de Philip Kaufman (1993). La présence des acteurs Sean Connery et Harvey Keitel me mettait en confiance et j'avais grand tort. Quelques minutes de vision, à vrai dire quelques secondes, suffisent pour que l'on comprenne qu'il s'agit là d'une parfaite ânerie, qui ne mérite pas qu'on y perde son temps. E. J'ai regardé comme je pouvais Hero, de Zhang Yimou (2003) en luttant contre le sommeil, et en y perdant quelques batailles. Cette oeuvre met en scène d'antiques légendes chinoises, avec... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 06:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 27 avril 2013

Le cinéma de A à E - rien ne va plus

Vu naguère Rien ne va plus, de Claude Chabrol (1997). Un Chabrol assez sobre, sans trop de lourdeurs idéologiques, et bien mené, mieux toutefois dans la première partie «européenne», que dans la seconde «antillaise», où cela tourne au grand guignol. C.
Posté par Ph B à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 4 avril 2013

le cinéma de A à E - conversation

J'avais déjà vu jadis la Conversation secrète de Coppola (1974) qui m'avait laissé un souvenir assez ennuyeux, et en la revoyant j'éprouve la même impression d'un film où il ne se passe pas grand chose, où l'on se demande sans arrêt quand ça va commencer pour de bon, et qui se termine en queue de poisson. J'ai trouvé le premier plan, de lente plongée vers la place publique, très spectaculaire, et j'aime beaucoup la tête de Gene Hackman avec les lunettes et la moustache démodées. Pour le reste : bof. C.
Posté par Ph B à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 27 février 2013

le cinéma de A à E - jeux

Vu Jeux interdits, de René Clément (1952). Ce petit film au sujet inhabituel, enfantin et mortuaire, ne manque pas d'une certaine poésie bucolique et se laisse voir, même si l'on n'est pas sûr de chercher à le revoir. La froideur médiatique et institutionnelle, qui l'accueillit paraît-il, contraste avec son succès public international. Les musiquettes de guitare espagnole, dont une que l'on a trop entendue massacrer par des générations de collégiens, ne me déplaisent pas. C.
Posté par Ph B à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 24 décembre 2012

Le cinéma de A à E - Blackthorn & Guitry

Vu Blackthorn, de Mateo Gil (2011). Western bolivien belle époque dans d'assez beaux décors, avec d'assez beaux héros (Sam Shepard, Eduardo Noriega). C. Vu Tu m'as sauvé la vie, de Sacha Guitry (1950). Le baron Guitry a été sauvé d'un accident par le vagabond Fernandel. Un tel sujet nous vaudrait aujourd'hui l'inévitable leçon de catéchisme socialo sur les vilains riches et les gentils pauvres, mais ce film date d'une époque où le cinéma pouvait encore faire preuve d'assez d'esprit critique, et l'acteur-scénariste-réalisateur promène... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 6 novembre 2012

le cinéma de A à E - Corneau

Vu Tous les matins du monde, d'Alain Corneau (1991). Cette histoire d’un austère gentilhomme veuf, janséniste, misanthrope et mélomane n’était pas un sujet facile à choisir pour le cinéma, le succès du film en est d’autant plus méritoire et réconfortant. Comme beaucoup de bourges culturels, le réalisateur était paraît-il communiste, proche même d'une secte trotskiste, mais fort heureusement cela ne se sent pas dans le film. Le protagoniste est campé par un Jean-Pierre Marielle magistral, auprès de qui les Depardieu père et fils ont... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 novembre 2012

le cinéma de A à E - Agora

Vu Agora, d'Alejandro Amenabar (2009). Ce péplum réalisé avec les moyens énormes du genre a pour propos principal de présenter les chrétiens comme une meute de brutes et d'ordures, dépourvues de tout sens moral, ennemies de la culture et assoiffées de meurtre. Le sujet a été soigneusement choisi pour illustrer cette cause, car le film est centré sur le personnage d'Hypathie, une astronome égyptienne qui aurait été lapidée par des chrétiens, et qui présentait ainsi le profil idéal d'une icône martyre, dans l'Espagne socialo-féministe... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 29 août 2012

salles obscures

J'étais encore assez jeune, je devais avoir trente ans quand j'ai réalisé qu'aller au cinéma est contraire à la dignité humaine, et depuis lors je m'en suis abstenu. C'est une décision que je n'ai jamais regrettée. Mais j'en ai regretté tant d'autres, qu'il me plaît d'évoquer celle-ci.
Posté par Ph B à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 12 juillet 2012

Le cinéma de A à E - grizzly

Vu Grizzly man, de Werner Herzog (2005). C'est Charlie, dessinateur d'ours à ses heures, qui m'a signalé l'existence de ce documentaire consacré à l'écologiste Tim Treadwell (1957-2003), lequel est allé passer la belle saison en compagnie des grizzlys d'Alaska treize ans de suite avant de se faire massacrer par l'un d'eux (le grizzly est une variété américaine de la même espèce que l'ours brun européen). Herzog réunit là des entretiens avec des proches de la victime, des parents, des témoins, des experts, alternés avec une sélection... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 10 mai 2012

Le cinéma de A à E

Vu ces derniers temps : La môme, d'Olivier Dahan, 2007. L'art et la personnalité d'Edith Piaf ne m'ont jamais beaucoup attiré. Je ne peux juger si le portrait qu'en donne ce film, en chanteuse populo caractérielle tragique, est exact ou exagéré, mais il ne m'en rapproche pas beaucoup. La photo est assez jolie. La structure narrative toute en flash-backs est trop compliquée pour moi (et un peu prétentieuse : le réalisateur croit peut-être qu'on va se repasser son chef d'oeuvre en boucle pour arriver à tout bien piger). D. L'affaire... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :