jeudi 24 octobre 2013

Le cinéma de A à E (suite)

Vu l'autre soir Ne vous retournez pas, de Nicolas Roeg (1973). La critique semble-t-il fait grand cas de cette oeuvre, qui serait un jalon dans l'histoire de la sensibilité cinématographique. Pour moi qui ne suis pas historien, et qui ne puis juger des films que d'après la joie ou l'ennui qu'ils m'inspirent, je dois avouer que celui-ci ne m'a pas emballé. L'histoire est sinistre (des Anglais dont la fille s'est noyée vont trimballer leur névrose à Venise) et les personnages arborent le plus souvent des mines lugubres. Il y a une scène... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 07:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 21 octobre 2013

Le cinéma de A à E (suite)

Vu hier soir Shrek IV, de Mike Mitchell (2010) qui ne m'a pas déçu, comme quoi un film que Télérama n'aime pas du tout a encore des chances de me plaire (oui, on nous envoie Télérama, dans ma sous-loc). L'histoire est un peu bébête et pas exempte de vulgarité, encore que l'idée du jour de naissance volé ne soit pas mauvaise. Les personnages me plaisent plus ou moins, l'âne me fatigue autant que le chat botté m'amuse, le méchant nain paraît joliment dessiné par Mark Ryden. J'aime bien cette imagerie de synthèse (entre autres la scène... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 17 octobre 2013

Le cinéma de A à E (suite)

Vu hier soir et bien aimé le film de Clint Eastwood, Minuit dans le jardin du bien et du mal (1998). Clint n'y joue pas lui-même, mais il y a de bons acteurs, au premier rang desquels le charmant John Cusack, qui est ici un parfait sosie de Jim Goad jeune, ce détail m'amusait. L'histoire n'est ni une héroïquerie tonitruante, comme Eastwood en est coutumier, ni une socialerie pleurnichante, comme le cinéma en produit tant, mais une intrigue ingénieuse, située dans les décors agréables d'une ville sudiste, et notamment dans la maison... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 10 octobre 2013

Le cinéma de A à E (suite)

Encore deux films pas terribles vus dernièrement : - Les sentiments, de Noémie Lvovsky (2003). Une histoire d'adultère très simple, mais bien tournée, que l'on regarde sans ennui. Comme le milieu social est assez typé, je me suis demandé si c'était là encore une chabrolerie destinée à montrer combien les bourgeois sont hypocrites et déloyaux (au contraire des plébéiens, qui sont si francs et honnêtes, comme chacun sait). Il y a d'ailleurs quelques marques anti-bourgeoises assez appuyées, comme la scène ridicule où les enfants... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 1 octobre 2013

coup double

Il y a dans cet appartement une télévision, dont je ne me sers jamais, mais hier soir je m'étais mis dans l'idée de regarder un film. J'ai d'abord choisi Minority report, de Steven Spielberg. Hélas une minute ne s'était pas écoulée que je m'ennuyais déjà devant ce spectacle abracadabrant. En changeant de chaîne, je me suis reporté sur Dans la ligne de mire, de Wolfgang Petersen (1993), qui était à peine commencé. Hélas (bis) il m'est apparu bientôt que ce n'était pas beaucoup plus excitant. L'espèce de film interdit aux moins de 10... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 21 septembre 2013

grand n'importe quoi

Dimanche dernier, visitant une immense brocante installée sur les pelouses d'un hôpital de Pessac (tout existe), je me suis laissé tenter, pour un euro, par le recueil de souvenirs de Jean-Pierre Marielle, Le grand n'importe quoi (paru en 2010). J'étais content de ma trouvaille, mais en fin de compte j'en ai été plutôt déçu. Les deux principaux défauts de cet ouvrage sont le titre, grandiloquent et creux, et le texte, creux et grandiloquent. Il ne me dérange pas que le livre soit écrit avec l'aide d'un porte-plume, et je ne déteste... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 juin 2013

Le cinéma de A à E - trou normand

Vu l'autre soir Le Trou Normand, de Jean Boyer (1952). L'histoire est gentille mais assez bébête, et je n'aime pas beaucoup Bourvil dans son rôle éternel de benêt français, ni les acteurs vintage Roger Pierre et Noël Roquevert, sympathiques mais limités. Il y a en revanche une Brigitte Bardot toute jeune et déjà exquise, dans son premier rôle (du reste un rôle de petite garce). Le film est charmant surtout comme témoignage de l'époque si révolue, si différente, où la France était encore française (pensez, la campagne normande en... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 5 juin 2013

le cinéma de A à E - windtalkers

Vu l'autre soir une partie de Windtalkers, les messagers du ciel, de John Woo (2002). Des recrues navajos rendent les plus grands services aux marines, dans la guerre du Pacifique. Ce film veut démontrer que les Blancs sont de vilains racistes méprisants, alors que les Indiens sont de braves types dévoués, avec des cultures différentes formidables, qui leur permettent de communiquer avec les esprits et tout et tout. Mais je n'ai pas été convaincu. Les scènes de bataille à grand fracas n'en finissent pas et les moyens visiblement... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 15 mai 2013

le cinéma de A à E - match point

Vu l'autre soir Match point, de Woody Allen (2005). N'aimant pas l'opéra, je n'ai pas été spécialement charmé que la musique du film soit exclusivement constituée d'extraits d'opéras. Quelques détails m'ont déplu, comme la référence appuyée (naïve ou prétentieuse) à Dostoïevski (gros plan de la couverture d'un livre lu par le protagoniste) ou la laideur des peintures contemporaines montrées çà et là. Mais dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé cette intrigue captivante, bien trouvée, avec de belles images comme celle de la balle de tennis... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 11 mai 2013

Le cinéma de A à E - eastwood

En regardant l'autre soir Les pleins pouvoirs, je me disais que le visage de Clint Eastwood a quelque chose de celui de Jean-Louis Costes, et en outre l'agent Ed Harris est un sosie du gérant du magasin de photocopies à côté de la fac, mais avec un air plus aimable. A la fois acteur, producteur et réalisateur du film, Eastwood ne manque pas, une fois de plus, de s'y tailler un rôle très avantageux de héros infaillible, dont les prouesses incroyables finissent par lasser, malgré son charme indéniable. Le film présente banalement les... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 12:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :