vendredi 16 décembre 2011

mencken vu par morand

Un portrait de Henry Louis Mencken par Paul Morandextrait de la Préface à Défense des femmes (Gallimard, 1934) Ce descendant d’Allemands, resté très allemand par sa rondeur joviale, ses camaraderies, sa bonne humeur un peu «brasserie», son amour de la musique, son mâle jugement, sa brutale franchise humoristique et ses sympathies teutonnes, devait souffrir impatiemment les innombrables liens qui, dans les sociétés anglo-saxonnes, garrottent la pensée et entravent la vie ; autour de lui se groupèrent des critiques, des... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 15 décembre 2011

sur henry louis mencken

Henry Louis Mencken (1880-1956) naquit, vécut et mourut à Baltimore, dans le Maryland. Fils d’un fabriquant de cigares d’origine allemande, il avait trois ans quand sa famille s’installa au 1524 Hollins Street, dans la maison où, mis à part cinq années de mariage, il passa tout le reste de sa vie, et qui appartient maintenant aux musées de la ville. Bien éduqué mais sans formation universitaire, et peu attiré par l’usine de son père, pour laquelle il travailla cependant quelques années, il se lança dans le journalisme dès 1899,... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 14 décembre 2011

Lettre documentaire 487

SENTENTIAE de Henry Louis MENCKEN(lues  et choisies dans l’édition 1953 de sa Chrestomathy,ici traduites par mes soins) La plus coûteuse de toutes les folies consiste à croire passionnément dans ce qui est de toute évidence faux. C’est l’occupation principale de l’humanité. Je suis contre l’esclavage, simplement parce que je n’aime pas les esclaves. La conscience est la voix intérieure qui nous avertit que quelqu’un regarde peut-être. Un idéaliste est quelqu’un qui, constatant qu’une rose sent meilleur qu’un chou, en conclut... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,