jeudi 5 mars 2015

lucette

J'ai bien aimé le Lucette de Nabe, lu dans la collection Folio (c'est paraît-il le seul Nabe disponible en format de poche) où l'édition originale de 1995 a été reprise en 2012. La couverture est illustrée d'une aquarelle de l'auteur, suggestive mais pas terrible, montrant au premier plan la Lucette Almanzor en train de danser, avec au fond son mari Louis-Ferdinand Céline mal fagotté, façon Meudon, tenant un chien en laisse. Fort heureusement pour le lecteur, le talent littéraire de Nabe est incomparable avec les résultats qu'il... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 12 juin 2014

triste moineau

En cherchant à me renseigner, voilà deux ans, sur l'exil de Le Vigan dans la ville de Tandil, en Argentine (voir au 24 IV 2012), j'avais appris la parution en 2009, dans la même ville, d'un livre consacré au sujet par une certaine Mariana Rodríguez. Sur le moment je n'ai pas ménagé mes efforts pour essayer de me procurer cet ouvrage intitulé Triste gorrión (triste moineau) et sous-titré Memorias de Robert Le Vigan, Entre el actor famoso y el anciano exiliado (de l'acteur célèbre au vieillard exilé), mais ce fut en vain. Le document... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 3 mai 2012

tirri & tandil

Un certain Néstor Tirri a publié à Buenos Aires, en 2007, une sorte de roman intitulé La piedra madre, dans lequel il rapporte sur un ton fantaisiste des souvenirs du cercle d'amis qu'il fréquentait dans sa jeunesse à Tandil. Gombrowicz et Le Vigan ne s'y croisent pas, mais y font des apparitions successives, respectivement dans les chapitres 7 et 8. Le Vigan n'y est qu'un vague fantôme à la dalle en pente. Gombrowicz est plus consistant mais se fait plaisamment chambrer. Il est dépeint comme un hurluberlu tombé sur la ville en... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 24 avril 2012

tandil

Le comédien Robert Le Vigan (1900-1972), de son vrai nom Coquillaud, et surnommé La Vigue par son copain Céline, avec qui il s'enfuit à pied à travers l'Allemagne en 1944-1945, eut ses biens confisqués et fut condamné en 1946 à l'indignité nationale et aux travaux forcés, pour faits de collaboration. Libéré en 1948, il s'exila d'abord en Espagne, puis en Argentine, où il se fixa et demeura jusqu'à sa mort à 72 ans, dans la ville de Tandil, qui comptait dans les 50.000 habitants au milieu du vingtième siècle, et se situe au pied des... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,