mardi 2 avril 2013

apophtegmes

J'ai feuilleté sans entrain les Apophtegmes extraits des oeuvres de la philosophe «poétique» Maria Zambrano et réunis en édition bilingue franco-espagnole chez José Corti. Il y a comme ça des livres qui ne sont pas sots mais qui ennuient, malgré la chère forme brève.
Posté par Ph B à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 1 avril 2013

a bend in the river

J'ai lu dernièrement la version française d'un roman de Naipaul, A la courbe du fleuve. Malgré mon peu de goût pour la fiction, je me suis laissé entraîner par cette histoire, moins pour l'intrigue elle-même, ou pour le style d'écriture, qu'une traduction permet mal de juger, mais plutôt pour la qualité du regard porté sur une société africaine composite et instable, en l'occurrence l'ex-Congo belge, jamais nommé mais clairement identifiable. Je trouve intéressant que le narrateur ne soit ni un ressortissant des anciennes puissances... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 16:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 31 mars 2013

Un voisin rural, mais socialiste, me confie qu'il tient ses informations de «Mediaparc». Je me disais bien, aussi...
Posté par Ph B à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 30 mars 2013

vieux Spirou

Feuilletant une vieille collection de Spirou datant d'avant même ma naissance (années 1951-52), je me demande si l'armée française d'aujourd'hui pourrait chercher l'inspiration, qui sait, ou un encouragement, dans l'aventure de Buck Danny contre les pirates du désert. Je vois aussi un duo de personnages comiques, un Noir et un Blanc, nommés Blondin et Cirage, et ce dernier, par coïncidence, est le portrait tout craché de la «personnalité préférée des Français», à ce qu'il paraît, l'acteur Omar Sy(rage). Il y a encore une histoire... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 28 mars 2013

Collabobo.
Posté par Ph B à 08:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mardi 26 mars 2013

bleu, blanc, rouge

Si l'on s'avisait de mélanger les couleurs nationales, le bleu et le rouge se fondraient en un violet, que le blanc ferait pâlir en mauve. Bon. De toute évidence, on ferait mieux de ne toucher à rien.
Posté par Ph B à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 22 mars 2013

monsieur

Je devais être en classe de sixième, car j'étais encore bien petit mais déjà au collège, lorsqu'un beau jour, après avoir sans doute chahuté avec mes camarades à la sortie des classes, je me suis aperçu que je n'avais plus mon cartable. Bouleversé par cette perte, et par l'idée du châtiment paternel qu'elle me vaudrait, je sanglotais en pleine rue. C'est alors qu'un homme s'est approché en me disant quelque chose comme «Qu'y a-t-il, Monsieur, que vous arrive-t-il?» Je n'oublierai jamais la surprise et le réconfort que j'en ai... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 06:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 21 mars 2013

Soties à la Marcel

Longtemps je me suis douché de bonne heure. Longtemps je me suis mouché de bonne heure. Longtemps je me suis touché de bonne heure.
Posté par Ph B à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 20 mars 2013

centre de loisirs

Il n'est jamais garanti que le recyclage d'un ancien bâtiment religieux soit une réussite. Le cas le plus désastreux que je connaisse est celui d'un temple bizarrement remanié, faisant maintenant office de "Centre de Loisirs", selon l'inscription peinte en grosses lettres au-dessus du portail, la façade étant de surcroît défigurée par une invraisemblable protubérance métallique. Ce furoncle architectural afflige le croisement des routes de Montpon et du Fleix, dans certain village de ma connaissance.
Posté par Ph B à 09:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mardi 19 mars 2013

birds, birds, birds

J'ai l'impression qu'il y a un moment, vers la fin de la nuit, avant même les premières lueurs de l'aube, alors donc qu'il fait aussi sombre que pendant les heures précédentes, un moment où pourtant les oiseaux commencent à chanter. S'il en est bien ainsi, je me demande pourquoi, comment savent-ils que le jour approche. Ou peut-être poussent-ils des cris d'impatience, jugeant que la nuit a assez duré, manifestant ainsi leur mécontentement, comme de petits syndicalistes à plumes.
Posté par Ph B à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :