dimanche 30 novembre 2003

Certains soirs de solitude et de flemme, il m'arrive de téléphoner pour une pizza. La gargote que j'appelle en général ne propose que deux catégories de taille, la "normale" et la "grande". Or il se trouve que parmi les différentes recettes, mes faveurs vont à celle que l'on nomme la "Spéciale". Et je ne me lasse pas de commander une "normale spéciale" ou une "spéciale normale".
Posté par Ph B à 13:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 29 novembre 2003

Novembre 2003

Il y a pire que de n'avoir pas de courrier, il y a de recevoir MAIF infos, ou bien MGEN 33, bulletin de la section de la Gironde, ou encore Vies de famille, le magazine de votre CAF. Horribles et inutiles, en couleurs, payés avec notre pèse.
Posté par Ph B à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 30 septembre 2003

Réponse à une enquête de Melinda Fries, de Chicago, sur le thème "Recommended reading: send a list of 10 books other people should read". J'indique ceux-ci:- Hans Staden, Warhaftige Historia.- Olivier de Serres, Théâtre d'agriculture.- Thomas de Quincey, Confessions of an English opium eater.- Céline, Mea culpa.- Général W Anders, Katyn.- Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques.- Ernst Jünger, Subtile Jagden.- Albert Caraco, Ma confession.- Nicolás Gómez Dávila, Escolios a un texto implícito.
Posté par Ph B à 13:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 24 septembre 2003

Pris d'une curiosité subite, je me suis jeté avec impatience sur le théâtre d'Eschyle, dont seulement sept tragédies nous sont parvenues. Mais après m'être tapé, non sans effort, le texte pourtant bref des Suppliantes et des Perses, l'ennui m'a commandé d'arrêter.Point de consolation avec Bloy. J'ai acheté chez Mollat son Exégèse des lieux communs, en m'amusant de songer que je rendais service à la librairie, où le volume de la défunte collection Idées Gallimard, achevé d'imprimer en juillet 1973, prenait la poussière depuis un bail.... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 31 août 2003

D'après ce que j'entends à la radio, nombre de sportifs commencent leurs phrases, contre toute vraisemblance, par les mots "je pense..."
Posté par Ph B à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 31 juillet 2003

Les routes de ma campagne sont tapissées d'affiches réclamant la libération de José Bové. Ca marche: la colle n'a pas fini de sécher, qu'il est déjà sorti. Je reste sidéré par le culot hypocrite du slogan: "Aucun syndicaliste en prison", comme si c'était en cette qualité, et non parce qu'il a commis des actes illégaux, que l'homme aux grosses idées s'est retrouvé à l'ombre.
Posté par Ph B à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 juin 2003

Je suis loin de tenir tous les gauchistes pour des imbéciles. Bien que l'on ne puisse douter que le gauchisme ait fait beaucoup pour augmenter la part de l'imbécillité dans la société, qui déjà n'avait jamais été petite.
Posté par Ph B à 13:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 2 juin 2003

Brigitte Bardot. Un cri dans le silence (Editions du Rocher, 2003, 170 p). Je ne m’intéresse pas souvent aux vedettes ni à leurs livres, la réputation scandaleuse de celui-ci m’a rendu curieux et j’y ai trouvé à boire et à manger. Les trente chapitres sont numérotés alternativement en chiffres arabes et en romains (1, II, 3, IV…) formant ainsi deux séries en quelque sorte tressées. Les uns sont un autoportrait plutôt mélancolique de BB aujourd’hui: elle évoque, en parlant d’elle à la troisième personne, les moments... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 1 juin 2003

On lit communément trois cents pages, pour y découvrir les trois phrases dont on voudra se souvenir, et que l'on se donne la peine de copier. Parfois la seule que l'on retienne de tout un livre est le titre. Je me rappelle régulièrement celui d'un recueil d'aventures, lu quand j'étais jeune, Dans les écumes de l'Amazone, avec son intitulé allemand, Ich kam die reissenden Flüsse herab, quant au reste j'ai tout oublié. Joan Baez admirait l'écrivain et moine américain Thomas Merton, dont elle avait mis un poème en musique (The bells... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 31 mai 2003

Dávila aurait dit, je ne sais où, je traduis: "Le terrorisme ne naît pas là où il y a des oppresseurs et des opprimés, mais là où ceux qui se disent opprimés ne rencontrent pas d'oppresseurs." Une vérité vérifiable chaque jour, de la Colombie au Pakistan, de l'Algérie à la Corse.[juillet 2005, je retrouve la localisation de cette citation, dans les Nuevos escolios de 1986, volume 1, p 29]
Posté par Ph B à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]