vendredi 1 juillet 2005

Toutes les bonnes choses ont une fin, et j'ai eu beau y mettre toute la lenteur dont j'étais capable, j'ai fini par arriver, la semaine dernière, au bout du journal des années 50 de Jacques d'Arribehaude. Ce livre est intitulé Cher picaro, selon l'expression affectueuse employée par Jean-Louis Curtis dans ses lettres de l'époque à l'auteur. Comme son jumeau des années 60 Un Français libre, également paru à L'Age d'Homme, il s'agit d'un abondant pavé, presque 550 pages, où l'auteur expose, avec élégance et humour, les aléas de sa vie... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 juin 2005

Bon, ça y est, on se détend, j'ai des poules cool. Les premiers temps furent difficiles, pour elles surtout et pour moi avec. Je ne sais pas leur âge, elles m'ont l'air assez jeunes, mais elles ont dû souffrir de l'arrachement à leur milieu familier, d'éprouver en même temps la gêne inhabituelle du bout d'aile rogné, à quoi s'est ajoutée la canicule impitoyable qui nous a fait déguster plus de deux semaines d'abrutissement africain, ce qui n'était pas un cadeau. Aux soirs les plus chauds, je les voyais respirer le bec ouvert, les... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 29 juin 2005

Si l'on voulait établir une correspondance entre les points cardinaux et les saisons, on associerait certainement, du moins dans notre hémisphère, le nord à l'hiver et le sud à l'été. Cela va de soi. La chose est moins évidente pour les saisons tempérées. L'est, qui est le lieu de l'aurore, a peut-être un lien plus étroit avec le printemps, qui est en quelque sorte l'aurore de l'année, comme l'automne est son crépuscule. Des poètes sans doute ont creusé la question, et je ne le sais même pas.
Posté par Ph B à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 27 juin 2005

Je possède un excellent dictionnaire hagiographique, rédigé par les Bénédictins de Ramsgate, en Angleterre, et traduit en français sous le titre Dix mille saints, aux éditions Brepols, en 1991. Le consultant hier pour vérifier l'identité de saint Vivien, je souris en constatant une gaucherie commise, j'imagine, par fidélité excessive au texte original. Le brave homme, lit-on, fut l'évêque de "Saintes, en France occidentale..." Un rédacteur français n'aurait pas donné cette précision géographique, ou pas dans ces termes.
Posté par Ph B à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 26 juin 2005

Avec ma voisine Véro, nous consacrâmes l'après-midi à un safari de brocantes, qui nous conduisit dans trois villages successifs. Tout d'abord à la Jarrie-Audouin, où je grondai gentiment ma coéquipière de m'offrir par surprise une musette que je convoitais. Ensuite aux Eglises d'Argenteuil, où Véro acheta un vieux collier pour sa jeune jument, et où j'acquis pour une bouchée de pain, ou disons pour le prix d'une baguette, un volume du Journal des Goncourt. Enfin à Marsais, où la canicule était à son comble et où plus rien ne nous... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 25 juin 2005

"Xénophobie", "homophobie", etc. Je reste perplexe devant ce besoin humaniste de recourir à la notion pathologique de phobie, pour flétrir les imprudents qui se sont rendus coupables de ce qu'il faut bien appeler, si un chat est un chat, des délits d'opinion. A vrai dire la médicalisation de la dissidence n'est pas chose nouvelle, c'est même un procédé vieux comme le monde moderne: les dictatures communistes ont largement exploré les vertus rédemptrices de l'asile psychiatrique, et les publicitaires, eux aussi... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 24 juin 2005

Je ne sais au juste de quels méfaits Charles Connoué s'était rendu coupable, pour qu'on l'ait envoyé en taule quelques mois, à la Libération. Mais j'admire les dessins et les notices de son ouvrage Les églises de Saintonge, paru de 1952 à 1961 en cinq livres, dont voilà peu je me suis procuré à prix d'or le troisième, consacré à Saint-Jean d'Angély et sa région. Travail exhaustif, chef d'oeuvre de savoir, d'ordre et de clarté. Nos points de vue sont différents: il ne voit que l'architecture, quand je cherche avant tout les vitraux,... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 23 juin 2005

Feuilletant Caraco à la recherche d'une citation, et frappé comme toujours par la belle cadence de sa prose, dans laquelle çà et là pointent des alexandrins, je me suis amusé à composer ce sonnet volé, non rimé: Et cela forniquait! Ils devaient sentir bon!Leur ai-je demandé de m'appeler à vivre?Moins d'enfants, je vous prie, de moins en moins d'enfants.Un homme qui désire est une triste chose. La masse des mortels est un ramas d'esclaves.L'on dirait des bassets flanqués de leurs bassettes.Qu'espérer de ces avortons? Quel... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 22 juin 2005

Dans un recueil de Opiniones y paradojas, pensées extraites des oeuvres de l'écrivain non-conformiste espagnol Pío Baroja, je remarque cette réflexion de 1918: "Nous pourrions nous contenter de ce que le Aimez-vous les uns les autres soit en pratique un Supportez-vous les uns les autres." Je retrouve là une idée lue déjà, mais dans des écrits ultérieurs. Chez Baldomero Fernández Moreno, sur un mode plus léger: "Jésus aurait dû se contenter d'un Inclinez-vous les uns vers les autres" (dans Le papillon et la poutre).... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 juin 2005

Sexes, races, etc : les opprimés d'hier sont les flics d'aujourd'hui. Du moins certains. J'ai comme l'impression.
Posté par Ph B à 15:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]