dimanche 31 août 2003

D'après ce que j'entends à la radio, nombre de sportifs commencent leurs phrases, contre toute vraisemblance, par les mots "je pense..."
Posté par Ph B à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 31 juillet 2003

Les routes de ma campagne sont tapissées d'affiches réclamant la libération de José Bové. Ca marche: la colle n'a pas fini de sécher, qu'il est déjà sorti. Je reste sidéré par le culot hypocrite du slogan: "Aucun syndicaliste en prison", comme si c'était en cette qualité, et non parce qu'il a commis des actes illégaux, que l'homme aux grosses idées s'est retrouvé à l'ombre.
Posté par Ph B à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 juin 2003

Je suis loin de tenir tous les gauchistes pour des imbéciles. Bien que l'on ne puisse douter que le gauchisme ait fait beaucoup pour augmenter la part de l'imbécillité dans la société, qui déjà n'avait jamais été petite.
Posté par Ph B à 13:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 2 juin 2003

Brigitte Bardot. Un cri dans le silence (Editions du Rocher, 2003, 170 p). Je ne m’intéresse pas souvent aux vedettes ni à leurs livres, la réputation scandaleuse de celui-ci m’a rendu curieux et j’y ai trouvé à boire et à manger. Les trente chapitres sont numérotés alternativement en chiffres arabes et en romains (1, II, 3, IV…) formant ainsi deux séries en quelque sorte tressées. Les uns sont un autoportrait plutôt mélancolique de BB aujourd’hui: elle évoque, en parlant d’elle à la troisième personne, les moments... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 1 juin 2003

On lit communément trois cents pages, pour y découvrir les trois phrases dont on voudra se souvenir, et que l'on se donne la peine de copier. Parfois la seule que l'on retienne de tout un livre est le titre. Je me rappelle régulièrement celui d'un recueil d'aventures, lu quand j'étais jeune, Dans les écumes de l'Amazone, avec son intitulé allemand, Ich kam die reissenden Flüsse herab, quant au reste j'ai tout oublié. Joan Baez admirait l'écrivain et moine américain Thomas Merton, dont elle avait mis un poème en musique (The bells... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 31 mai 2003

Dávila aurait dit, je ne sais où, je traduis: "Le terrorisme ne naît pas là où il y a des oppresseurs et des opprimés, mais là où ceux qui se disent opprimés ne rencontrent pas d'oppresseurs." Une vérité vérifiable chaque jour, de la Colombie au Pakistan, de l'Algérie à la Corse.[juillet 2005, je retrouve la localisation de cette citation, dans les Nuevos escolios de 1986, volume 1, p 29]
Posté par Ph B à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 3 mars 2003

Ma vue baisse inexorablement. Sur un prospectus, j'ai cru lire "Demandez Constantinople". C'était "Devenez comptable".
Posté par Ph B à 13:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 31 janvier 2003

Ce que j'ai lu du quiétisme dans les manuels m'attire. Une "doctrine mystique qui faisait consister le perfection chrétienne dans un état continuel de quiétude et d'union avec Dieu, où l'âme devient indifférente aux oeuvres et même à son propre salut". Plaisantant intérieurement, je songeai à fonder un parti quiétiste, pour me donner un genre, puis je me ravisai devant l'absurdité de la chose: un quiétiste ne saurait créer de parti.
Posté par Ph B à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 30 novembre 2002

Le beau vers de Secchin, "Não morrer: desnacer - nunca ter sido" donnerait un alexandrin français: "Ne pas mourir: dénaître - n'avoir jamais été". Je trouve dans les Textos filosóficos e esotéricos de Fernando Pessoa cette idée inattendue que (je traduis) "l'humanité, ou n'importe quelle nation, se divise en trois classes sociales véritables: les créateurs d'art, les amateurs d'art, et la plèbe." Certains croient, à tort, qu'un siècle finit avec l'an 99, quand en réalité il dure jusqu'à la fin de... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 14:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 31 octobre 2002

La Lettre de Ligugé trimestrielle, n° 284 (1998-2) contient trois articles, dont une traduction commentée de la soixantaine de mystérieuses Réflexions (Skemmata) d'Evagre le Pontique, sentences datant au moins du VIIe siècle, dont il existe des copies en grec, syriaque et arménien. Genre "Le courage, c'est un intellect mâle qui extirpe de son souvenir toutes les passions femelles". Et des notes de lecture bien faites.
Posté par Ph B à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]