lundi 7 juillet 2008

Je m'inquiète pour Ingrid

Je n’ai pas bien suivi tous les développements de l’actualité mais il me semble qu’après la libération d’Ingrid, qui était déjà une bonne nouvelle, le bruit a couru que l’ex-otage était en parfaite santé, pour ne pas dire qu’elle pétait la forme. Or il me revient qu’il y a quelques mois les médias nous avaient appris qu’elle souffrait d’une hépatite B, ainsi que d’autres maladies graves, difficiles à soigner au fin fond des jungles pourries. Qu’en est-il finalement ? J’espère que l’on n’a pas bâclé le check-up...
Posté par Ph B à 13:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 5 juillet 2008

Calendrier

Je regretterai toujours cette bancalerie du calendrier, avec les mois en –bre qui ne sont pas tout à fait à la place numérique indiquée par leur nom. Depuis que mars n’est plus le premier mois mais le troisième, fatalement septembre n’est plus le septième mais le neuvième et ainsi de suite. Il est curieux que seuls quatre mois soient dénommés de la sorte et que ce soient quatre mois consécutifs. Du coup la terminaison en –bre a une connotation frisquette de fin d’année. Alors en ce début de juillet, où le temps reste maussade, on... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 4 juillet 2008

Ranger

En considérant ces deux tendances dominantes de mon caractère, que sont le goût du rangement et celui de la traduction, je finis par me demander si ce ne sont pas deux versants de la même passion. En effet traduire un texte suppose en général de commencer par produire un document intermédiaire chaotique, fait d’approximations, d’hypothèses incertaines, de tâtonnements mot à mot, et il s’agit de mettre en ordre ce fatras. Traduire, c’est réorganiser, et dans les moindres détails.
Posté par Ph B à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 juillet 2008

Il n'y a pas que des mauvaises nouvelles

Depuis des années les humanistes médiatiques nous serinaient que le vilain président de droite Uribe ne parviendrait jamais à rien, c’était à croire que son intransigeance était la principale cause de la captivité des otages de la guérilla communiste. La libération de plusieurs prisonniers dont la fameuse Ingrid Betancourt par l’armée colombienne est une belle claque dans la gueule de ces abrutis.
Posté par Ph B à 08:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
mercredi 2 juillet 2008

Regarder les étoiles

Vers le tout début des années 90 ou la toute fin des années 80, je suis venu à m’intéresser à l’astronomie, par le hasard de recherches documentaires entreprises pour un projet artistique, qui devait ne jamais aboutir, et par le hasard supplémentaire d’un premier manuel de base (le Guide de l’amateur, de chez Gründ) offert par des amis chez qui je passais. Je crois que quiconque approche ce domaine est bientôt happé par la fascination de données extraordinaires. Ce genre de chiffres circulaient : le soleil n’est qu’une étoile et notre... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 00:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 1 juillet 2008

La source inépuisable

Dans le coton du réveil, ce matin, rêve que j’entrouvrais un livre intitulé La colère et ses morts. La journée commence bien, me dis-je. Pas eu le temps de voir le nom de l’auteur, encore moins de savoir si de l’ire les morts étaient la cause ou l’effet.
Posté par Ph B à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 juin 2008

Le cinéma de A à E

Films vus en juin : * de Maurice Dugowson, F comme Fairbanks (1976). Film crispant par certains aspects, comme sa nunucherie psychologique (une certaine tendance à l’infantilisme dans les relations amoureuses) et sa niaiserie sociologique (les bourgeois sont vilains, le cinéma est formidable). Toute la fascination tient au jeu extraordinaire de Patrick Dewaere, qui est par ailleurs co-auteur de la musique. Curiosité accessoire, l’apparition d’un Thierry Lhermitte juvénile. B. * de Peter Yates, Bullitt (1968). Malgré toute ma... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 04:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 29 juin 2008

Broutilles en ligne

Pour qui vit et travaille comme moi dans la banlieue d’une ville de province, et se trouve encore mieux à sa place parmi ses arbres de Cunèges ou dans son jardin de La Croix-Comtesse, c’est à dire dans des anfractuosités du bas monde, la communication avec les demi-dieux de la capitale n’est pas forcément impossible, mais toujours improbable. Pire encore, naturellement, avec les demi-dieux de la lointaine Amérique. Internet abolit quelque peu la distance, et instaure une sorte de proximité, en permettant de se tenir plus ou moins... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 10:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
samedi 28 juin 2008

La maison de Kauffmann

Après avoir été retenu captif pendant trois années, de 1985 à 1988, par des sauvages du Liban, le journaliste Jean-Paul Kauffmann a pu regagner la France libre où, dès 1989, il s’est payé une jolie maison dans les Landes, pour se consoler de ses misères. Il raconte dans La maison du retour (NiL 2007, repris en Folio) cette opération immobilière, en commentant les aspects matériels et psychologiques de l’affaire. Le livre est divisé en 41 brefs chapitres, dont les 32 premiers rapportent les événements du printemps et du début de l’été... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 juin 2008

Maya

Je n’ai pas le temps d’étudier en détail Ambivalent conquests : Maya and Spaniard in Yucatan, 1517-1570, je me contente de feuilleter attentivement cet ouvrage d’Inga Clendinnen (Cambridge University Press, 1987). Le Yucatan est la grande péninsule qui s’avance dans la mer des Caraïbes, au sud-est du Mexique. C’est le pays des Mayas, que l’on a parfois présentés comme les Grecs d’une antiquité méso-américaine, dont les Aztèques seraient les Romains, ces derniers plus modernes et moins raffinés que les premiers. Le livre examine ce que... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 06:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]