mardi 13 février 2007

Repérage

J’ai remarqué que si on veut retrouver dans un livre un passage dont on regrette de ne pas avoir noté la page sur le moment, on se souvient encore, quelques heures après la lecture ou même le lendemain, si c’était sur une page de droite ou de gauche, et plutôt vers le haut ou vers le bas.
Posté par Ph B à 09:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 12 février 2007

Calendrier

Ces jours-ci je m’amuse à saisir sur ordi ma collection de dates, qui se trouvait jusqu’alors dans un carnet. A quelques exceptions près, ce ne sont que des dates de naissance et des dates de mort, de célébrités ou de proches, qui m’intéressent à un titre ou un autre. L’informatique permet de mieux les classer, en beaux alignements, ou d’éliminer discréto ceux dont on ne veut plus garder mémoire. Le corps principal du document est un calendrier, qui va naturellement du 1 janvier  au 31 décembre (pour l’instant j’ai recopié... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 11 février 2007

Vocation

Chaque fois que je vais dans une déchette, je me dis que c’est vraiment là que j’aimerais travailler.
Posté par Ph B à 09:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 10 février 2007

Un correspondant lyonnais m’a envoyé ses vœux en me traitant de «carnetier misanthrope» et de «jardinier contemplatif». Je pense que dans son esprit, ce sont là deux aspects contradictoires de ma personnalité, dont le premier lui est antipathique et le second sympathique. Dans le mien, naturellement, les deux vont ensemble.
Posté par Ph B à 15:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]
samedi 10 février 2007

Lettre documentaire 376

Quelques Sentences en prose de Francisco de Portugal, premier comte de Vimioso (vers 1480 - 1549). 8. On résiste mieux à la force du méchant, qu’à la conversation.27. Les méchants se méfient de tous et les bons, de ceux qu’ils savent méchants.38. L’ignorance scandalise l’entendement.77. Plus tu en sauras, plus la malice te scandalisera, et moins l’ignorance.85. Qui estime beaucoup les petites choses, n’en fait jamais de grande.86. Que les œuvres parlent et que les paroles se taisent.93. L’amour de l’ami tempère les mauvais... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 9 février 2007

Encore Cueco

Le troisième livre que je lis de Henri Cueco me plaît moins que les deux précédents. Le troubadour à plumes, paru aux éditions Janaud, de Brive, en 1999, désoblige d’abord par son incorrection, il y a trop de coquilles et d’erreurs. Les premières pages m’ont agacé par leur obscurité inutile, d’autant qu’elles n’introduisent qu’à un simple recueil de souvenirs de jeunesse qui n’a pas besoin de justifications compliquées. Et puis ces souvenirs de diableries juvéniles, d’espiègleries au boulot, ne sont pas à mon goût, voilà tout. Je n’ai... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 8 février 2007

Nouvelle Terre

Septentrio est un petit volume au format de poche, format carte postale, à l’italienne, qu’a fait paraître Aurelia Arkotxa (ou Arcocha) à l’Atelier du Héron, à Bruxelles, «au solstice d’hiver 2006» (il s’agit de la version française remaniée d’un ouvrage d’abord publié en basque en 2001). Le livre est composé de deux parties dont la première et la plus longue, «Ternua», ne compte que dix (sortes de) poèmes, tandis que la seconde, plus brève, «Mare magnum fine», en compte vingt. Je ne parlerai ici que de la première partie, dont le... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 05:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 7 février 2007

Encore Sevran

Il faut se méfier des vieilles expressions, telles «Gros-Jean comme devant», dans lesquelles «devant» a son ancien sens de «avant». De même on croit souvent que «ci-devant» veut dire «ici présent», alors que ça signifie «anciennement», «précédemment», en bref «ex». C’est une erreur, mais c’est la seule, que je remarque dans le livre de Pascal Sevran, Tous les bonheurs sont provisoires («… même Georges Vinson, ci-devant maire de Tarare…», p 102 de l’édition de poche) qu’un ami avisé m’avait offert pour les étrennes. Mais peu importe.... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 00:11 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 6 février 2007

Wenceslau de Moraes

Wenceslau de Moraes (dont le nom peut aussi s’écrire Venceslau de Morais) fut le plus asiatique des écrivains portugais. Né en 1854, il devint officier de marine et fit plusieurs voyages lointains avant de se fixer en Extrême-Orient. Il se rendit une première fois en 1885 à Macao, où il devait ensuite résider de 1891 à 1898. Il y avait des responsabilités à la capitainerie et enseignait au lycée. Il épousa là une Chinoise, Vong-Io-Chan, dite Atchan, dont il eut deux enfants. En 1899, nommé consul de Portugal à Kobe et Osaka, il... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 5 février 2007

Sur la berne

Un des rares mots de patois charentais que je connaisse depuis l’enfance est la «berne», par quoi l’on désigne le bas-côté, le bord de la route. J’ignore d’où provient ce mot, mais avec un tel sens, il n’a probablement rien à voir avec son homonyme français berne, d’origine inconnue, qui est le nom d’une sorte de brimade, que l’on retrouve dans l’expression «en berne», et qui rappelle le verbe berner, c’est-à-dire tromper. Je repensais à ce mot l’autre jour en lisant dans un texte portugais contemporain (une page du journal de V... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 12:20 - Commentaires [5] - Permalien [#]