vendredi 16 septembre 2011

annaba

"Avec l'homme, le pire est toujours sûr... Plus il est sale, mal élevé et ignorant, plus il engendre, plus il pullule. Riche, propre sur lui et bien élevé, il pollue comme dix mille pauvres." Annaba. Heureux les stériles. Toulon : Presses du Midi, 2002.
Posté par Ph B à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 15 septembre 2011

forêt

De loin la forêt de pins présente un aspect uniforme, qui souvent se dément quand on l'approche. Chaque fois que j'y vais, je remarque d'abord qu'elle abrite tout un petit peuple de chênes, de saules, et d'autres marginaux qui ont ma sympathie. (photo volée à Yannick Lavigne)
Posté par Ph B à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 14 septembre 2011

Le cinéma de A à E - évadés

De Frank Darabont, Les évadés (The Shawshank redemption, 1994). J'ai failli éteindre au bout de 5 minutes, à l'apparition de l'inévitable directeur de prison très catho, très sadique et très fourbe. Finalement j'ai tenu bon, grâce à ma force de caractère, et j'ai trouvé là un film assez divertissant malgré la longueur, avec un curieux mélange de brutalité et de mièvrerie. C.
Posté par Ph B à 08:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
mardi 13 septembre 2011

Le cinéma de A à E - traffic

De Steven Soderbergh, Traffic (2000). Une histoire de trafic de drogue entre le Mexique et les USA. Comme la narration est compliquée, il faut voir revoir le film au moins une deuxième fois pour piger, mais ça n'est pas inintéressant. Michael Douglas est là presque supportable et Benicio del Toro tout à fait charmant. C.
Posté par Ph B à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 10 septembre 2011

centre

Il y a dans Bordeaux, rue Saint-James, une boutique exotique nommée Horizons Métissés, et située juste en face des locaux de l'Association Rythmétisse. On passe là au coeur magnétique de la boboterie.
Posté par Ph B à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 9 septembre 2011

rendez-nous le cachet

 
Posté par Ph B à 00:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 8 septembre 2011

Le cinéma de A à E - gangs

De Martin Scorsese, Gangs of New York (2002). Une fiction sur les affrontements entre prolos yankees de souche et immigrés irlandais au milieu du XIXe siècle, lointainement basée sur un livre documentaire des années 20, auquel le cinéaste s'intéressait depuis sa jeunesse. J'aime bien le thème du chef de bande vieillissant et sans enfant (Day-Lewis), qui se prend d'amitié et adopte comme un fils le jeune homme (DiCaprio) dont il ignore que c'est l'orphelin d'un chef rival qu'il a tué jadis. Et il est intéressant que le film évoque sur... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 7 septembre 2011

Le cinéma de A à E - saison

De Raphaël Mathié, Combalimon, dernière saison (2009). Documentaire contemplatif, sur la vie d'un vieux paysan solitaire. Plans fixes, parfois muets, bien cadrés, bien sentis. A.On peut en voir quelques images ici : http://www.youtube.com/watch?v=LsRbVJ1ZR0U
Posté par Ph B à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 6 septembre 2011

thucydide

Connaissant la grande réputation de Thucydide, j'ai profité d'une occasion pour lire un peu de son histoire de la guerre du Péloponnèse, en traduction. C'était le livre I, qui ne traite que des tensions préliminaires, et non de la guerre elle-même. Je ne sais ce que je penserais du reste de l'oeuvre, mais s'agissant de ce premier livre, j'ai été plus impressionné par le sérieux de l'auteur, l'ampleur de sa tâche, la complexité des multiples conflits entre cités, que par le récit lui-même, qui ne m'a pas passionné.
Posté par Ph B à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 2 septembre 2011

Le cinéma de A à E - chocolat

De Lasse Hallström, Le chocolat (2000). Dans un petit village de la France profonde, une mère célibataire athée cosmopolite (Juliette Binoche) porte de somptueux décolletés et ouvre une "chocolaterie maya", on ne sait pas bien pourquoi là ni avec quels moyens. Elle se lie de près à un nomade sexy (Johnny Depp) mais se heurte aux vilains cathos puritains xénophobes de souche. Ce conte humaniste neuneu bénéficie de jolis décors. D.
Posté par Ph B à 11:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]