jeudi 29 décembre 2011

bruxelles

Je reviens de passer quatre journées à Bruxelles, entre le soir du vendredi 23 et le mercredi 28 au matin. Je n'ai plus moi-même le goût des voyages, mais je faisais ce déplacement pour accompagner une faible femme de ma connaissance, qui allait là-bas rendre visite à sa fille. Nous étions reçus dans la banlieue de Jette, au douzième et dernier étage d'un grand immeuble de petits logements.La vue depuis la terrasse offrait un vaste panorama de la ville, d'où se détachaient sur la gauche les projecteurs du Heysel et les boules... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 15:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 20 décembre 2011

Joyeuses fêtes à tous

Posté par Ph B à 01:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 19 décembre 2011

lumières de noël

Samedi soir j'ai vu les derniers rayons du jour jeter quelques dorures de luxe dans le bois de Cunèges, où je rangeais un peu. Et hier après-midi je suis monté de là-bas en Charente, trois heures au volant par temps radieux. Je me demande ce qui ravit le plus dans ces belles journées d'hiver, si c'est qu'elles consolent des moments plus rudes, ou si c'est la magie spéciale du soleil au plus bas, qui vient éclairer le paysage en quelque sorte de face : les maisons et les arbres en sont si bien illuminés, que même les médiocres ont une... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 09:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 16 décembre 2011

mencken vu par morand

Un portrait de Henry Louis Mencken par Paul Morandextrait de la Préface à Défense des femmes (Gallimard, 1934) Ce descendant d’Allemands, resté très allemand par sa rondeur joviale, ses camaraderies, sa bonne humeur un peu «brasserie», son amour de la musique, son mâle jugement, sa brutale franchise humoristique et ses sympathies teutonnes, devait souffrir impatiemment les innombrables liens qui, dans les sociétés anglo-saxonnes, garrottent la pensée et entravent la vie ; autour de lui se groupèrent des critiques, des... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 15 décembre 2011

sur henry louis mencken

Henry Louis Mencken (1880-1956) naquit, vécut et mourut à Baltimore, dans le Maryland. Fils d’un fabriquant de cigares d’origine allemande, il avait trois ans quand sa famille s’installa au 1524 Hollins Street, dans la maison où, mis à part cinq années de mariage, il passa tout le reste de sa vie, et qui appartient maintenant aux musées de la ville. Bien éduqué mais sans formation universitaire, et peu attiré par l’usine de son père, pour laquelle il travailla cependant quelques années, il se lança dans le journalisme dès 1899,... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 14 décembre 2011

Lettre documentaire 487

SENTENTIAE de Henry Louis MENCKEN(lues  et choisies dans l’édition 1953 de sa Chrestomathy,ici traduites par mes soins) La plus coûteuse de toutes les folies consiste à croire passionnément dans ce qui est de toute évidence faux. C’est l’occupation principale de l’humanité. Je suis contre l’esclavage, simplement parce que je n’aime pas les esclaves. La conscience est la voix intérieure qui nous avertit que quelqu’un regarde peut-être. Un idéaliste est quelqu’un qui, constatant qu’une rose sent meilleur qu’un chou, en conclut... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 08:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 12 décembre 2011

Le cinéma de A à E - mutante

J'ai failli voir Action mutante, d'Alex de la Iglesia (1992). Les deux minutes d'introduction, dans le genre grand guignol, ont suffi à ma joie et j'ai laissé tomber. E.
Posté par Ph B à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 10 décembre 2011

Le poète de garde a repris du service

Eleveur de vers bio pour un trust halieutiqueJ'ai un péché mignon : l'art subtil du distique.
Posté par Ph B à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 8 décembre 2011

cours de langue

Je n'aurais certainement plus le courage d'apprendre la syntaxe de nouvelles langues, mais j'aime toujours, quand c'est possible, contempler un peu de vocabulaire étranger, voire en apprendre. Aussi n'ai-je pas hésité l'autre jour, l'occasion se présentant, à mettre le doigt sur un manuel de conversation qui passait à ma portée, un tantinet pompeux par le titre : L'enseignement de l'arabe aux Français, mais modeste de taille et d'allure. Un mince volume, moins de cent pages, regroupant des mots et des phrases utiles à la vie pratique... [Lire la suite]
Posté par Ph B à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 7 décembre 2011

Le cinéma de A à E - ouvre les yeux

Vu Ouvre les yeux, d'Alejandro Amenabar (1997). Une histoire sinistre et entortillée, à grands renforts de retours en arrière, de projections dans le futur et de passages du rêve à la réalité, devant laquelle il ne suffit pas d'ouvrir les yeux pour arriver à suivre. D. Accessoirement, une réplique entendue je crois dans ce film, qui aura au moins servi à ça, me fait penser que je ne me rappelle pas avoir jamais fait de rêve qui se déroule sous la pluie.
Posté par Ph B à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,