anita_ekberg_1

J'ai été censuré pour la première fois. Avant-hier matin Facebook m'a notifié qu'une photo que j'avais diffusée contrevenait aux «règles de la communauté» («our community standards on nudity or sexual activity». L'on me montrait le document litigieux : une photo d'Anita Eckberg nue, piquée je crois sur le site de Fred R, datant peut-être des années soixante. Elle est assise par terre, appuyée sur le bras gauche, une jambe pliée, la touffe visible, la tête tournée de profil, les seins explosant comme des obus dans un trait de lumière. Or il est interdit de montrer des nichons sur Facebook autrement qu'à des fins médicales ou dans des scènes de bébés allaitant, toutes vues que je trouve quant à moi repoussantes, au contraire de ce portrait de charme vraiment réussi (en me renseignant maintenant je trouve d'autres clichés de la même séance, dont aucun n'égale cette perfection). Un point surprenant est que la photo figurait depuis je ne sais combien d'années dans ma collection de portraits sans que cela ait jamais dérangé personne jusqu'alors. Je me disais d'ailleurs que mon peu d'activité et la minceur de mon lectorat me mettaient sans doute à l'abri de ce genre d'ennui, mais c'était une erreur. La vigilance a fini par me repérer. Une autre surprise était l'extrême politesse de ton : nulle part n'apparaissait le mot «censure», ni même l'indication directe que cette photo allait être supprimée. Mais on me le faisait comprendre et j'avais deux options : accepter la décision non formulée, ou demander à ce qu'elle soit réexaminée. J'ai opté pour la seconde. J'imagine que peut-être dans le premier cas un simple robot avait repéré l'image fautive, et que le dossier était revu par un expert en bienséance? (If you request a review, we'll have someone take another look at the post.) En tout cas j'ai reçu le lendemain, hier matin, un nouvel avis confirmant que la photo ne convenait pas (We reviewed your photo again and it doesn't follow our Community Standards.) La photo en effet a été supprimée, elle n'est même plus visible par moi-même. (Je la retrouve facilement sur Google pas bégueule, pour illustrer cette note.) On m'avait déjà raconté quelques cas de ce genre. Personnellement j'aime la pudeur mais j'aime encore mieux les belles vues. La pudibonderie de Facebook me paraît un peu ridicule, et surtout absurde car visiblement le site permet de montrer certaines horreurs, comme des «doigts d'honneur» à mes yeux plus obscènes que les beaux seins d'Anita. Mais enfin tout cela n'est pas bien grave, plutôt amusant.
Ce qui me paraît plus inquiétant, c'est la censure politique, essentiellement anti-droite, sévissant non seulement sur Facebook mais aussi sur les autres grands sites sociaux : Twitter, Google, YouTube, tous dirigés par des milliardaires humanistes de gauche. On a connu sur internet quelques belles années de liberté, mais maintenant de plus en plus souvent, si vous cherchez à lire untel ou à écouter cela, on vous annonce que : «Désolé, ce contenu n'est pas disponible actuellement ... This content isn't available right now ... Sorry, this URL has been excluded from the Wayback Machine in your region ... Unfortunately, our website is currently unavailable in most European countries ... We couldn't find the page you were looking for. This is either because ... The page you are looking for has been moved or deleted ... Cette vidéo n'est plus disponible, car le compte YouTube associé a été clôturé ... Etc.» Les milliardaires progressistes, soldats du Bien, sont partis en guerre contre la Haine. Le problème est que sur certaines questions, le moindre point de vue contestataire est considéré comme haineux. Vous pensez que le sans-frontiérisme est illusoire? que les frontières doivent être respectées? que l'immigration massive présente des effets désastreux et doit être contrôlée? que les criminels et les trafiquants étrangers doivent être expulsés? que les démonstrations des minorités sexuelles n'offrent pas que des sujets d'admiration? C'est bien simple : vous êtes un facho raciste sexiste etc, vos idées ne sont pas des opinions mais des crimes, et il est normal de vous fermer la gvevle. Bon. A mon avis cette Croisade des Censeurs pour le Bien demande tout simplement la mort de l'esprit critique.