J'ai rêvé que Lucien Suel me présentait son nouveau Silo, qui paraissait maintenant sous la forme d'une revue de poésie au format A5 archétypique, mais bien imprimée, sur un papier plus souple que celui des photocopies d'antan. Je m'attardais sur la page des explications éditoriales et m'étonnais du prix de l'abonnement, 14,80 euros. Pourquoi précisément cette somme, lui demandai-je. Tu as mal lu, me reprit-il, c'est plus exactement 14,83 euros. Je comprenais alors que le prix avait été ainsi fixé par plaisanterie. Au réveil, ce détail me rappelle un incident de jadis, quand un fâcheux s'en était pris aux livrettes de poète «à 2,63 euros». Mais je ne vois pas ce qui explique une telle réminiscence.