41t7Yb+WQ9L

Je remercie Hubert Duprat d'avoir eu la bonne idée de me faire parvenir un exemplaire du petit livre qu'une certaine Natacha Pugnet consacre à son oeuvre intitulée Volos (Editions Fage, 2019). Volos est une sculpture minimale, formée d'un pain d'argile rectangulaire laissé intact, encore enveloppé de son film plastique transparent, et dans lequel est fichée une hache préhistorique en pierre polie, l'ensemble présentant le vague aspect d'une statuette anthropomorphe primitive, réduite au tronc et à la tête. Il y a de prime abord quelque chose de choquant dans cette oeuvre, de par l'aspect brutal de sa facture, aussi du fait qu'y soit réduite au statut de simple élément la hache néolithique, dont la forme parfaite constitue en soi un assez bel objet de contemplation, sans qu'il soit besoin d'y ajouter rien. A cet égard la présente étude fait office de glose utile, car les considérations de l'auteur sur les caractéristiques de Volos et ses significations possibles, les rapprochements avec d'autres sculptures de l'artiste (entre autres la remarquable installation psychédélique de pots de fleurs emboîtés au musée de Lattes) et certains objets anciens, permettent en effet d'appréhender l'oeuvre tout autrement qu'elle n'apparaît à première vue. Natacha Pugnet rappelle l'incidence sur ses créations du savoir de Duprat, non simple amateur mais réellement versé dans les sciences naturelles et l'archéologie. Volos tire son nom de la ville de Grèce où se trouve, dans un musée, une figurine antique ayant inspiré l'oeuvre présente. L'ouvrage montre les photos de trois exemplaires de Volos. Il est précisé que dans le premier, la hache utilisée avait été découverte par Duprat lui-même, dans sa jeunesse. Pour plus de détails je renvoie le lecteur à cette petite monographie sérieuse et bien faite. Pour ma part sa lecture n'a pas manqué de me rappeler l'époque, il y a quelques années, où séduit par la belle forme de ces haches néolithiques, j'avais tenté en vain de m'en procurer une, en cherchant non dans les champs mais dans les petites annonces. En particulier j'en avais convoité une qui me plaisait par son aspect sur la photo en ligne, mais sa petite taille, dans les 7 cm si je me souviens bien, me démotivait. Interrogé, le vendeur m'avait expliqué que ces haches, une fois ébréchées, devaient être retaillées dans un format inférieur. Le livret sur Volos évoque de son côté l'hypothèse que certaines haches à destinée votive aient été directement fabriquées en miniature. Une photo présente une belle collection d'une quarantaine de haches en pierre polie de toutes tailles, provenant du monde entier, disposées en éventail et tournées toutes dans le même sens, tel un banc de poissons minéraux. On aimerait y lancer un filet.