Pour répondre à une question que l'on m'a posée plusieurs fois, et qu'un ami lecteur vient de poser encore, je dirais que si je me pare du titre de misanthropologue, c'est d'abord pour le plaisir de la blague, bien sûr. Mais cette appellation peut aussi se justifier : le misanthropologue doit être celui qui étudie les misanthropes, et s'ils écrivent, celui qui les lit. Or j'en compte de beaux spécimens, parmi mes écrivains préférés (Céline, Caraco, Ciry ...). Ceci explique cela.
PS. On me fait remarquer que le misanthropologue pourrait aussi être celui qui n'aime pas les anthropologues. Cela correspondrait moins à mon goût, car je ne les déteste pas tous.