Cela faisait un moment, que je songeais à explorer la possibilité de composer un poème par bribes, en collectant les morceaux de phrase que l'on entend au passage, quand on déambule dans l'espace public, parmi la multitude. Une voie sans doute empruntée déjà par d'autres que moi, mes renseignés lecteurs me diront ce qu'ils en savent. Je l'ai mise à l'épreuve ce soir, entre six et sept, comme je descendais rue Notre-Dame pour acheter du pain et des légumes. Je m'étais fixé d'écarter les dialogues trop longs que je pouvais surprendre, de ne retenir que les énoncés fugaces et détachés, de sorte que l'un n'est jamais la suite de l'autre, même s'il peut sembler, et d'arrêter au dixième. Voici ce premier essai.

RUE NOTRE-DAME 

il était grand comme ça...
on a pas eu le temps de remettre les plantes...
y en a qu'un, ah bon...
d'accord, ok, ça marche, allez...
oui, oui, oh, ça ira...
et là il m'envoie un mail en disant...
ah, des topinambours, peut-être, oui...
bon courage, gros bisous...
bonne soirée, vous inquiétez pas...
comment il a ouvert la porte? à coups de pompe...