La mort du professeur Faurisson il y a quelques jours a été pour moi l'occasion d'apprendre par la presse qu'il n'était qu'un faux historien fumeux, malhonnête, et bourré d'autres défauts dont la liste serait longue. Les quelques écrits de lui que j'avais lus, et les quelques vidéos que j'avais regardées, m'avaient laissé au contraire l'impression d'un intellectuel scrupuleux, et sincère. Comme quoi on peut se tromper. J'aurais même dit qu'il avait fait preuve de courage, pour maintenir ses thèses malgré les attaques furieuses dont il était l'objet, notamment des attaques judiciaires et physiques (des sbires lui ont cassé la gueule plusieurs fois). Je n'ai pas la compétence pour juger de ces thèses sur le fond (je dois avouer que la question ne m'intéresse pas plus que ça) mais sur le principe il me paraît anormal qu'elles soient censurées en vertu de la loi spéciale conçue pour le cas, loi dite Gayssot, du nom de l'imbécile heureux qui l'a pondue. Les "crimes contre l'humanité" devraient pouvoir être soumis à l'examen critique comme tous les faits historiques, sans quoi ils deviennent des dogmes et la pensée critique une hérésie. Cette loi de censure est efficace (pratiquement plus personne ne moufte sur le sujet) quoiqu'elle puisse paraître à certains égards contre-productive : ces thèses sacrilèges sont-elles si farfelues, en vient-on à se demander, si l'on mobilise contre elles un tel arsenal juridique, non pas même pour les contester mais simplement pour les réduire au silence?