220px-Bordeaux_-_Juillet_2012_(73)J'aime bien faire du tourisme mais je n'aime pas beaucoup me déplacer. Aussi pratiqué-je plus volontiers le tourisme de proximité, je me promène autour de chez moi. Ainsi jeudi après-midi en rentrant du travail (mon nouvel emploi du temps me met en week-end le jeudi vers midi) je suis resté dans le tram jusqu'à l'arrêt Cité du Vin, pour aller visiter l'Intermarché du cours Edouard Vaillant, dont j'avais repéré l'existence dans des documents. La découverte d'un nouveau supermarché est toujours pour moi une expérience initiatique très appréciable. Mais à l'extérieur le bâtiment est aussi laid que la maison voisine est élégante, avec son balcon arrondi. De là je suis passé par des rues secrètes pour reprendre le tram à l'arrêt Hangars, où se trouvent deux des plus belles façades des quais, l'une en pierre et en briques, l'autre dotée d'un balcon au soubassement joliment bosselé. Samedi à midi je me suis rendu sur la rive droite, place Stalingrad, où m'attirait la tenue d'un marché vegan & veggie. A vrai dire je fus un peu déçu, il n'y avait pas grand chose et tout était cher. J'ai quand même acheté pour me sustenter un sandwich aux légumes savamment fermentés par les soins d'une jeune artisane. Hélas il ne m'a pas bien calé, je ne lui ai trouvé aucun goût et il m'a donné des gaz, si bien qu'ensuite j'ai passé une bonne partie de l'après-midi à péter dans les rues de Bordeaux, qui n'avaient déjà pas besoin de ça. Mais enfin je me suis bien promené. Et ce matin, profitant des «journées européennes du patrimoine», j'ai visité le Grand Théâtre, où jusqu'alors je n'étais jamais entré qu'une fois dans le vestibule. Je n'avais pas prévu qu'il y ait une telle affluence. Nous étions toute une foule de curieux, à progresser lentement par les escaliers et les salles, suivant un itinéraire rigoureusement balisé. J'ai remarqué que l'Afrique était totalement absente de ce long cortège. L'architecture et la décoration du bâtiment justifient sa grande réputation, mais le meilleur moment fut pour moi celui où nous débouchâmes sur la terrasse en haut de la façade, où sont installées douze statues de déesses et de muses, et d'où l'on a une belle vue sur la place de la Comédie, les allées de Tourny et l'accès aux Quinconces. Je n'aurais jamais pensé me trouver un jour là.