600px-Armoiries_de_Nassau_1

Lors de mon récent voyage au pôle Normandie, j'ai remarqué que les panneaux routiers indiquaient, près du Tréport, une certaine ville d'Eu. Certains donnaient même la direction d'Eu-Le Tréport. J'apprends dans Wiki l'existence de «l'unité urbaine d'Eu», communauté de communes dont Eu, Le Tréport et Mers-les-Bains seraient les trois principales «villes soeurs». La carte Michelin mentionne aussi, dans l'arrière-pays, la forêt d'Eu. Le nom d'Eu, notable par sa brièveté peu commune et par sa coïncidence avec les initiales de l'European Union, ainsi qu'avec le pronom personnel portugais équivalant à «je», est celui d'une vieille famille de la noblesse normande. Il y a eu des comtes d'Eu dès le dixième siècle, et plus récemment l'un d'eux, Gaston d'Orléans (1842-1922) s'illustra comme guerrier au Brésil, où il épousa une fille de l'empereur dom Pedro II. Une dame de cette lignée, Alix ou Aélis, qui vécut aux douzième et treizième siècles, fut mariée à un Raoul de Lusignan, seigneur entre autres de Melle et de Chizé. Ce fut elle, je crois, la comtesse qui fonda les villages de Villeneuve-la-Comtesse et de la Croix-Comtesse. Ainsi se dessine, sinon un lien, un vague écho entre le lointain Brésil et ma brousse familière.