product_photo

Lectures naturalistes (6/7). Cuisine buissonnière (CPN, 2005, 72 p). Sur les plantes sauvages comestibles. Là encore, je suis un peu déçu. Il n'y a pas tellement d'espèces que ça, beaucoup sont confondables avec des espèces toxiques, chez certaines on ne peut manger que les jeunes pousses au moment de la croissance, et avec toutes il y a le danger d'être contaminé par les effroyables véroles inguérissables que transmettent les déjections de renard, de chat et de chien. Quant aux recettes, je ne suis pas sûr qu'elles soient aussi «simples et originales» qu'annoncé, il me semble les avoir déjà vues un peu partout et la plupart requièrent de hautes compétences techniques, surtout comparées aux miennes (quiche, sirop, gelée, etc). Et ce n'est pas avec une salade de deux bourgeons et trois brins d'herbe que je vais être calé. Reste quelques jolies planches botaniques, bien renseignées.