C'est la deuxième fois que j'essaie de lire le Memoria de mis putas tristes, de García Márquez, convaincu que sous un titre aussi vulgaire pouvait se cacher une oeuvre plus subtile qu'annoncée, mais je sens que je vais encore laisser tomber.