P1010584Hier j'ai failli prendre pour la première fois la navette fluviale, à laquelle ma carte de tram me donne accès, dans le seul but de découvrir les impressions de la traversée, et qui sait de visiter le jardin botanique de l'autre rive, mais les horaires sont si espacés le week-end, qu'il y avait plus de quarante minutes à attendre et j'y ai renoncé, préférant aller faire un tour à pied dans le vieux Bordeaux. C'est peut-être la lecture du guide de Coustet qui m'a mis d'humeur urbaine ces temps-ci, mais je ne me lasse pas d'examiner les belles façades, dont cette ville est prodigue. Je me souviens en particulier de celle du n° 16 de la rue Fernand-Philippart, avec son charmant balcon arrondi. A un moment, comme je voulais me reposer, et que j'ai le plus grand mal à aller au café, je suis entré dans l'église Saint-Pierre et j'y suis resté assis quelques minutes, au premier rang devant l'autel. Il y a derrière le choeur un grand ensemble de vitraux narratifs, agréables à contempler. Et ce matin j'ai fait un long trek aux puces de Saint-Miche, où je n'avais mis les pieds depuis des années. Je voulais surtout flâner, tout en recherchant vaguement des remplaçants pour deux objets. D'une part mon unique bague, perdue en décembre dernier, et dont mon annulaire droit ne se console pas. D'autre part mon assiette préférée à La Croix, avec des feuilles de vigne peintes en noir et jaune sur fond blanc. J'en avais un premier exemplaire, que j'ai cassé (je l'ai photographiée irrémédiablement fendue), puis Véro m'en a racheté une identique, trouvée par miracle dans une brocante, mais récemment je l'ai ébréchée en faisant la vaisselle et je voudrais en retrouver une intacte, si possible. Je n'ai trouvé ni bague, ni assiette, et j'ai avancé jusqu'aux Capucins. Aux abords du marché je me suis arrêté à l'étal d'une Négresse à la belle peau d'un noir très foncé, qu'elle avait eu la bonne idée de rehausser avec du rouge à lèvres lilas. Et comme sa cuisine aussi avait bonne mine, je lui ai acheté une part de riz et de poulet au maffé. Puis je suis rentré chez moi m'empiffrer.