gYrW72j7

Dans les bandes dessinées parlant de la Guerre civile espagnole, du moins dans celles que j'ai lues jusqu'à présent, le point de vue politique se résume plus ou moins à l'opposition manichéenne entre les vilains franquistes infects et les gentils républicains impeccables. On trouve une rare exception à cette règle dans l'album Cisco : una guerra, un país, un hombre (Evolution Comics, 2017) où Josep Salvia transcrit en images d'un noir et blanc très arty les souvenirs qu'il a recueillis auprès du vétéran (Fran)cisco, âgé de 103 ans. Certes le protagoniste était engagé dans le camp des Bons, plus précisément au POUM, un parti marxiste non stalinien. Mais il réagit parfois en Candide, se fâchant par exemple avec ses camarades quand ils s'amusent à tirer sur des catholiques désarmés qui sortent de la messe (p 34-36). Sa foi communiste ne l'ayant pas rendu aveugle, il rapporte d'autres épisodes peu glorieux dont il fut témoin : exécutions sommaires, atrocités diverses (notamment p 56-70). Cela change un peu du catéchisme habituel.