On trouve vraiment de tout dans les boîtes à livres de Taussat et je viens de mettre la main sur un guide de Portland, en Oregon (The Portland GuideBook, par Linda Lampman et Julie Sterling). Ce sera le dernier voyage de ce livre obsolète, datant de 1976, et dont la colle ne tient plus, si bien que toutes les pages où je l’ouvre se détachent. Je n’ai nul besoin de me renseigner sur le sujet, mais j’ai feuilleté l’ouvrage pour l’exotisme. Les seules que j’ai lues attentivement sont les quatre pages de «Name dropping» où sont listés des noms propres, pour la plupart des toponymes, avec leur prononciation et quelques explications. Beaucoup proviennent des langues indiennes, avec ici et là une influence du parler des colons français. On voit ainsi qu’une rivière avait été baptisée des Chutes (Deschutes), une autre des Dalles (The Dalles). Quant à celle qui traverse la ville, la Willamette, c’est la déformation d’un nom indigène, Wallamt, qui a hérité d’une terminaison à la française. Les auteurs voient dans Tualitan un mot indien qui peut signifier «paresseux» ou bien «terre sans arbres». Les deux sens ne sont pas si éloignés : elle est en quelque sorte paresseuse, la terre qui ne porte pas d’arbres.