p2604220

L’essentiel de mon temps ces derniers jours a été consacré à la fabrication d’une remise d’environ deux mètres sur quatre et demi, qui me servira entre autres de bûcher supplémentaire. J’en avais longuement conçu les plans pendant mes insomnies de cet hiver, mais au moment de les mettre en oeuvre le courage m’aurait manqué, si mon aide de camp n’était venue m’apporter son aide précieuse pendant une semaine. La construction n’a pas été sans difficultés. Elle m’a aussi donné des satisfactions, entre autres celle d’acquérir une petite visseuse Black+Decker, qui s’est avérée être un excellent jouet, gracieux, maniable et efficace. Il me reste maintenant à garnir de planches les murs des côtés et du fond, et à espérer que l’ensemble résistera aux tempêtes.

Le dernier jour, comme je m’apprêtais à fixer sur le plancher du toit les sept ondulines bitumées que j’avais achetées, et qui étaient encore empilées par terre dans l’herbe, j’ai vu qu’à celle du dessus pendait une étiquette blanche presque détachée, tenant encore par un bout. Machinalement je me suis baissé pour l’arracher. Je me suis alors aperçu qu’un petit de lézard était collé sur la face adhésive. Le dos de son corps minuscule y était entièrement scotché, ce qui l’empêchait si bien de bouger que je l’ai d’abord cru mort, mais en le touchant du bout du doigt j’ai observé qu’il frémissait. Il paraissait incertain de pouvoir dégager sans dommage un organisme aussi menu et fragile, mais je me suis mis à l’oeuvre à l’aide d’un clou, grâce auquel peu à peu j’ai réussi à décoller la tête, les membres, le dos, enfin la queue du jeune reptile. Souvent les animaux sont bêtes et celui-ci, qui d’abord ne s’était pas méfié du piège involontaire mais mortel de l’étiquette gluante, ne comprenait pas non plus que je venais à sa rescousse, et dès que sa tête fut libérée, il tentait de mordre le clou, dans de petits accès de furie silencieuse. Mais enfin nous autres, qui sommes plus malins, nous savons qu’il faut faire le bien parce que c’est le bien, et non pour en être remerciés.