J’ai essayé de lire La vie devant soi, d’Emile Ajar (prix Goncourt 1975), mais je n’y suis pas arrivé.