SANZ8168Hier à l’aube, j’ai rêvé que l’expression «Avoir les ficelles de la dentellière» voulait dire : arriver en fin de carrière, être proche de la retraite.

Pour présenter mes voeux aux lecteurs de mon blog et à mes contacts dans Facebook, j’ai pensé choisir une image dans le beau gisement iconographique des anciennes couvertures du Chasseur français (voir ici et ). Je n’arrivais pas à me décider, peut-être parce que je les ai trop vues, ou que je ne sais plus lesquelles de mes préférées j’ai déjà employées à cet usage. Mais du coup cela m’a donné l’idée de chercher en ligne des oeuvres d’un des auteurs réguliers de ces unes d’antan, le peintre animalier havrais Georges-Frédéric Rötig (1873-1961). Mon choix s’est porté sur une très belle vue de «Matinée d’hiver, harde de cerfs en forêt», dans les tons sépia, avec une luminosité remarquable. L’image a beaucoup plu, pensez donc, 22 likes sur Facebook, c’est pour moi un véritable raz-de-marée d’assentiment. En voulant rechercher des renseignements complémentaires sur l’image, que j’avais prise me semble-t-il sur un site de vente d’oeuvres d’art, j’ai été incapable de la retrouver. Et j’ai vu que ce talentueux peintre français ne dispose dans Wikipédia que d’un médiocre article en italien. Il faudrait réparer cette injustice.