IMG_0623

 Il n’y avait pas foule à ma causerie de mardi sur Jean Mocquet. Onze personnes : au moins est-ce un nombre à deux chiffres, ce qui n’est pas si mal, vu mon impopularité générale, et l’attrait incertain de ces innombrables rencontres savantes (l’on me citait l’autre jour, comme pour me consoler d’avance, le cas de la conférencière argentine qui n’a réuni que deux auditeurs, dont la prof invitante). Mais le pire pour moi a été l’impression que je me suis faite : par perfectionnisme ou par lucidité, je ne vois après coup que les défauts de mon exposé. Si bien qu’à l’enthousiasme a succédé la déprime, une fois de plus. Así es la vida, la mienne en tout cas.

(Photo Yannick Lavigne)