Je feuillette une revue qui traînait sur une table, Tintamarre, «journal étudiant bordelais» (bi-mensuel, du 24 octobre). 32 pages A4, bien imprimées sur du bon papier, couverture en couleurs. S’agissant d’un journal gratuit et sans publicité (quoique plusieurs articles soient de toute évidence des publi-reportages pour des restaurants et des magasins des environs) il faut en conclure qu’il est produit avec les deniers publics. Mon goût du silence et de la discrétion ne m’incline pas à trouver attirant un tel titre. Le contenu non plus n’est pas fait pour moi : reportages sur des expositions d’art culturel, interviews de sportifs… Il y a une pleine page consacrée à l’horoscope, ce qui est un indice de crétinisme, et une autre à un commentaire de la campagne électorale aux USA, où l’on explique bien entendu que Donald Trump est un gros vilain, au contraire de sa sympathique adversaire. Si j’étais sollicité, je proposerais une enquête sur la lutte contre le gaspillage…