J’ai appris la mort subite, ces jours derniers, de Jacques Noël, qui tenait à Paris la librairie Un Regard moderne. C’était depuis des décennies la Mecque des fanzineux de toute sorte, notamment des graphistes «underground». Je n’ai pas bien connu l’homme ni son local. J’y suis allé au moins une fois, peut-être deux, il y a très longtemps. Il achetait les livrettes ferme, au lieu de les prendre seulement en dépôt, ce qui était un grand avantage. Je lui en ai vendu encore quelquefois par l’intermédiaire de copains qui passaient là-bas, ou par correspondance. Mon dernier souvenir date encore du siècle dernier, je crois. On m’a rapporté que quelqu’un lui avait présenté de mes nouveautés, sans doute des Lettres documentaires, et il en aurait dit que ce genre de publication serait recherché dans cinquante ans. Cette réflexion invérifiable m’avait à la fois flatté et démoralisé. Là s'arrêtent mes souvenirs de ce personnage estimable. Paix à son âme.