Je ne connais que ces deux phrases, du poète portugais António Sardinha (1887-1925) : «Nous ne sommes pas patriotes parce que nous sommes monarchistes. Nous sommes plutôt monarchistes parce que nous sommes patriotes.»