Ce que nous constatons régulièrement, en France, depuis des décennies, c'est que l'essentiel des émeutes, de la violence de foule, du pillage et du saccage des biens publics et privés, des attaques contre l'ordre républicain, est le fait de milices d'extrême gauche et de hordes de soi-disant "opprimés" des banlieues, qui agissent en toute impunité. Pourtant les "observateurs" ne cessent d'affirmer que le principal danger politique menaçant le pays est le "fascisme" de l'extrême droite. C'est marrant, quand même. Quels cris ne pousseraient-ils pas si "l'extrême droite" s'avisait de commettre ne serait-ce qu'un centième de ces violences?