SAM_0275

A Taussat les Bains hier après-midi j’ai inauguré un nouveau type de promenade, auquel je pensais depuis quelque temps. J’ai pris un sac et je suis allé marcher le long du fossé qui borde la piste cyclable, depuis la sortie la plus à l’Est du lotissement de la Ferme et jusqu’au croisement de l’allée du Pont de Titoune, pour ramasser toutes les ordures que j’avais vu traîner par là, et qui me font horreur chaque fois que j’y passe. C’était bien, pour moi qui n’ai guère le goût du sport, comme de marcher pour marcher, et préfère m’activer pour quelque utilité. En moins d’une heure j’ai rempli un sac de bouteilles en verre et en plastique, et d’emballages divers. Fort heureusement mon aide de camp était disposée à m’accompagner, ce qui m’a encouragé, car je trouve qu’il y a quelque chose de gênant à accomplir ce genre de tâche, même si je ne fais là rien de mal. Ce n’est pas à moi de nettoyer la campagne, mais il vaut mieux que quelqu’un le fasse et il n’y a visiblement personne d’autre pour ça dans le coin. Au moins deux promeneurs que j’ai croisés, un piéton et un cycliste, m’ont regardé d’un air laissant supposer qu’ils comprenaient et approuvaient ce que je faisais. C’était un travail un peu dégoûtant, mais satisfaisant par le sentiment que l’on fait là ce qu’il faut. Et puis nous fûmes récompensés en revenant à travers bois, où nous trouvâmes plusieurs de ces entames obliques que les bûcherons laissent traîner, et qui font d’excellentes bûchettes.