Le cycle de grand affolement islamiste auquel nous assistons, et que dans certains cas nous prenons déjà en pleine gueule, n’a peut-être pas encore atteint le maximum de son intensité. Après des débuts prometteurs, il semble parti pour prendre les proportions des grands cycles d’affolement du siècle passé, comme le cycle de grand affolement national-socialiste et le cycle de grand affolement international-socialiste. Cela finira bien par se tasser, tout finit toujours par se tasser, ou presque tout, et presque entièrement, après quelques décennies. Puis de nouveaux affolés entreront en éruption, pour quelque raison nouvelle, quelque nouveau prétexte. Et ainsi de suite éternellement. Il y a comme ça des vendredis matins ou je me lève plein d’optimisme.