Les trafics de Platini et de Benzema confirment l’excellence du sport comme école de la pourriture.