$_35

Le week-end à La Croix s’annonce austère. Il faisait 8° dans la maison quand je suis arrivé et le temps est à la pluie. Il faudra faire avec.

Parmi le courrier un correspondant de Paris me confie : «pour la 1ère fois ai vu/entendu 3 sauvages filles roumaines jeter 1 énorme pétard, faisant sursauter 4 terrasses de restaurant (pour faire peur? chier?). Mon voisin a dit "déjà produit". Je n’arrive pas à les comprendre (leur vengeance?)»

Il me remet par ailleurs une carte postale trouvée entre les pages d’un livre d’occasion, postée de l’île Saint-Martin, aux West Indies, en 1993. On y lit : « Ma grande fille, Rien à voir avec la Martinique ou la Guadeloupe. (…) C’est le paradis. Il y a tout ici, même une casse auto …»

Au courrier aussi, Valeurs mutualistes, le magazine bimestriel des adhérents de la Mutuelle Générale de l’Education Nationale. Il y a quelque temps, cette société m’a annoncé qu’elle jugeait désormais plus intéressant de pratiquer quatre tarifs différents, plutôt qu’un seul. Elle m’informait aussi du tarif qui m’avait été assigné, sans me donner aucun renseignement sur les trois autres, sans me demander mon avis, sans me dire si ce tarif était le plus ou le moins onéreux (j’ai ma petite idée sur la question), mais en me signalant que je paierais désormais dix euros de plus par mois. Je préfèrerais savoir que cette augmentation servira à me rembourser mieux, plutôt qu’à entretenir la ruche de parasites qui produisent la revue que j’ai maintenant dans les mains. 36 pages en couleurs, plus un encart central. J’y vois beaucoup de propagande politique (entre autres des interviews de Nicolas Hulot et Najat Vallaud-Belkacem), mais aucune explication sur les nouveaux tarifs. Page 18 un «baromètre» affirme que «8 adhérents sur 10 sont satisfaits de la MGEN». Je dois faire partie des deux sceptiques.

J'ai rêvé que Faustin S lisait Bonnes Soirées. Cela me paraissait assez snob mais sympathique. Il est parti, me laissant le numéro entre les mains. J'ai lu sur la couverture la mention «42e année». Eh bien, me disais-je, la revue a donc été créée en 1960. Maintenant réveillé, j'en déduis que dans le rêve, mon âme se situait en 2002. Consultant Wiki, j'apprends que Bonnes Soirées avait commencé de paraître en 1922, et a disparu en 1988.