images

Une lettre, aujourd’hui, c’est un événement. Un correspondant nous envoie des nouvelles de Majorque. Une simple feuille pliée en quatre et scotchée sur les bords, sans enveloppe. «8 2015. De chez Tomeu C... Ph, t’espère aller bien. Tomeu raconte les voleurs d’ici. Ils vendent très cher des bouts de fruits (pastèque, ananas etc) sur les plages aux touristes qui ont chaud. Ils repèrent de quel sac l’acheteur sort son portefeuille et le disent à un complice, qui, lorsqu’il ira se baigner, laissera son sac à la portée du voleur. Le soir ils font de même en vendant des fleurs! A Paris ce sont les mineurs (- de 18 ans) qui en bande, volent. Ils ne sont + repérables à leurs vêtements puisqu’ils portent aujourd’hui les mêmes que ceux des jeunes de leur âge. Et surtout ils n’ont peur de rien, ni personne, et sont d’un nihilisme «amoral, total»… Une sauvagerie réelle, incroyable et incompréhensible. Produit de ce monde «fou»? Tomeu a ici deux puits très anciens, dont un de 25 m de profondeur, et qui fonctionnent. L’un d’eux avec une pompe récente. Il a un réservoir de 1000 litres pour la maison. Pluie (…) et puits. Tomeu dit aussi que les néons et les ampoules Led sont les + économiques. Il lave ses canettes afin d’éviter les insectes, comme toi. Tomeu ne retrouve + ses enveloppes! C’est ce qui me vient à l’esprit à ce moment précis. Porte-toi bien. Bruno.»