200px-Mao_unknown_story

Je garde le meilleur souvenir du Mao the unknown story lu cet hiver, dont j'ai déjà dit un mot en début d'année. J'ai trouvé cette biographie captivante, malgré l'effort de lire dans la version originale anglaise, qui m'avait été offerte par l'ami Pascal Z (il en existe une traduction française chez Gallimard). Les auteurs sont un couple, l'écrivaine Jung Chang, née chinoise, et l'historien irlandais Jon Halliday. Ils avaient déjà publié ensemble une biographie de la veuve de Sun Yat-sen, et séparément divers ouvrages touchant l'histoire contemporaine de l'Extrême Orient. Cette sérieuse vie de Mao parue en 2005 compte près de 770 pages de texte, plus deux cents pages de notes et de références, et suit un fil strictement chronologique. La clarté de l'exposé, la précision des faits établis, l'absence de baratin théorique, en font un document agréable, édifiant et convaincant, dépeignant sans complaisance les horreurs du régime communiste et la monstruosité personnelle du tyran. Il y a mille sujets de curiosité dans ces pages. Je citerai par exemple les agissements réels des forces communistes pendant la Longue Marche, peu conformes à ce que raconte la légende officielle, rappelant plutôt l'attitude de n'importe quelle bande de hors-la-loi exploitant sans pitié une paysannerie désarmée et terrorisée. Un point que j'ignorais totalement, dans les rapports entre communistes et nationalistes, est la pression que les Soviétiques pouvaient exercer sur Tchang Kaï-chek, dont un fils était retenu en Russie comme une sorte d'otage officieux. Ce qui m'a intéressé, plus encore que les faits historiques et les anecdotes, ce sont les aperçus que le livre donne sur certains mécanismes de la terreur. L'importance du vocabulaire de la propagande, par exemple : traiter systématiquement d'ennemi, de traître, de contre-révolutionnaire etc, ceux qui ne sont en réalité que des rivaux, ou des récalcitrants de bonne foi. Dans les moments de purge, ne pas s'embarrasser de scrupules : torturer indistinctement coupables et innocents, le but n'étant pas seulement d'éliminer des adversaires ou des concurrents, mais de faire régner une terreur générale, telle que chacun comprenne bien que sa vie est en jeu à tout moment. Je terminerai en faisant remarquer qu'actuellement, Wikipedia présente sur ce livre un article long et équilibré dans sa version anglaise, tandis que la version française se résume comme par hasard aux critiques négatives.