Unknown

L’ESPAGNE ET LES JUIFS

par Pío Moa

 «Dès que l’Espagne eut expulsé les Juifs, le pays a connu une floraison des arts et des lettres, a développé son commerce et son industrie pendant un siècle (avant de se mettre à décliner économiquement pour diverses raisons), a découvert une grande partie du monde, a colonisé d’immenses territoires, et est devenu la première puissance mondiale.» Que pensez-vous de cette affirmation? Certes, ses deux parties sont exactes, et en effet l’expulsion des Juifs [en 1492] a été suivie d’un essor comme l’Espagne n’en a jamais connu avant ni depuis. Cependant, suggérer qu’il y ait une relation de cause à effet entre les deux données serait une idiotie qui ne mériterait pas de commentaire, et que du reste, à ma connaissance, personne ne soutient.
En revanche, ce que beaucoup soutiennent, avec un air sérieux et plein de bons sentiments, c’est une idiotie contraire mais équivalente : que l’expulsion des Juifs a privé l’Espagne de ses meilleurs éléments dans les domaines intellectuel et économique, qu’il s’en est suivi immédiatement une décadence profonde mais toutefois pas visible sur le moment, et que l’Espagne est depuis lors affligée d’un vice incorrigible, qui incline le pays à la guerre civile et ses habitants à s’entretuer. C’est à peu près ce qu’a cru découvrir le bon Américo Castro, bientôt suivi par Juan Goytisolo et une légion d’auteurs supposés progressistes, si zélés qu’ils ont réussi à transformer cette ânerie en un lieu commun indiscutable dans de vastes et influents milieux intellectuels. Et cela bien que l’Espagne ait peut-être été, du XVIe au XIXe siècle, le pays intérieurement le plus stable d’Europe (pour ne pas le comparer au Maghreb, si chéri de ces messieurs, et dont l’histoire se résume pratiquement à une guerre civile permanente). Les luttes intestines en Espagne sont plutôt une plaie du XIXe siècle, avec une séquelle au XXe dont il faut espérer que ce soit la dernière, si les nationalistes périphériques veulent bien cesser de s’acharner à balkaniser le pays.
Bien entendu, l’expulsion des Juifs n’est pas un fait dont nous puissions nous enorgueillir. Mais de là à ce que prétendent ces bien-pensants, il y a de la marge. A l’occasion du cinquième centenaire de l’Amérique, le célèbre chasseur de criminels de guerre nazis Simon Wiesenthal a affirmé que cette expulsion constituait un précédent de l’extermination des Juifs par Hitler. Il n’en est rien. Si elle est un précédent, ce ne peut être que de l’expulsion des Palestiniens par les Israéliens au XXe siècle. A ces deux différences près, pas très favorables aux thèses de Wiesenthal : que les Palestiniens ont été expulsés par la terreur, et que cette terre avait été la leur pendant de nombreux siècles. N’est-ce pas?

España y los judíos», article paru sur le site espagnol Libertad Digital le 26 février 2001, ici traduit en français par Philippe Billé)