campion

J'ai suivi avec grand plaisir les six heures de la série télévisée de Jane Campion, Top of the lake, malgré sa teneur lourdement féministe (la plupart des hommes sont des salopards, les femmes sont toutes des victimes). La narration est limpide et riche en rebonds, les acteurs pas mauvais, les décors pleins de cabanes excitantes, que l'on aimerait examiner plus en détail, les paysages superbes. B.