Journal de non-voyage (pour D partie au Siam).

Finalement j'ai eu tort de renoncer à la brocante de la Charrière, que j'aime bien ne pas rater. Il a fait assez beau, il n'a plu qu'un peu vers 15 heures, j'aurais eu le temps de faire mes affaires. J'espère que Baudouin ne m'a pas cherché, qui devait y passer, mais j'ai tâché de le prévenir par mail.
Comme j'étais quand même debout à 5 heures, j'ai bien profité des premières heures du jour, pour moi les meilleures sans comparaison.
Dans la matinée j'ai passé un long moment à nettoyer le long de la maison, côté impasse, c'est à dire principalement à couper les fleurs que les ouvriers avaient massacrées. Les iris collés au mur sont à peu près intacts, ce sont surtout les roses trémières et les valérianes qui ont morflé. Je ne suis pas allé jusqu'au bout, car comme il arrive, la voiture de Derek était nonchalamment garée sur les fleurs à cet endroit-là.
A midi, c'est à dire vers 11 heures, j'ai déjeuné d'une demi-boîte de chili con carne qui me restait d'hier (froide, oui) que j'ai dégustée lentement à la petite cuiller en écoutant Philippe Meyer à la radio.
Vu Véro, elle m'a passé un pot de fromage à tartiner qui m'était aimablement offert par Bénédicte, et elle a tenu à me céder un fromage à l'échalote qu'elle avait soi-disant en trop, à un prix qu'elle inventait manifestement à mon avantage, mais qu'y faire, j'ai accepté. Nous avons renoncé au projet de dîner demain soir, car mon frère doit arriver.
Vu la colonelle, qui veut nous inviter à un apéro à ton retour. Elle m'a affirmé qu'elle aimait le bruit, et que pour cela elle était mal servie dans ce village. Peut-être était-ce une exagération polie pour m'assurer que le bruit de mes travaux ne l'avait pas gênée, mais après tout je peux croire les explications qu'elle m'a données (qu'elle avait vécu dans une ville industrielle, que le bruit était signe de travail, de prospérité, et les cris d'enfants, etc) et je n'ai pas voulu la contrarier.
Comme je n'ai plus rien de très sérieux ou de très excitant à lire, j'ai pioché dans la bouquinerie un livre d'histoires de la deuxième guerre mondiale, d'un certain Robert Aron, dont je lis des bouts dans les moments où je reviens m'étendre quelques minutes. Le procès de Pucheu, l'assassinat de Mandel, etc. Le point de vue est plus à droite que dans les comptes rendus de Wikipedia, à ce que j'ai remarqué.
La grande affaire de l'après-midi est que j'ai réussi à fabriquer le petit bûcher d'appoint dont j'avais le projet. Finalement je ne me suis pas servi des bouts de bois que je t'avais empruntés. J'ai pris deux des palettes laissées par les maçons, je les ai sciées en deux, et les quatre morceaux se prêtaient assez bien à être cloués ensemble, si bien que je dispose d'un carré d'à peu près un mètre de côté, sur 45 centimètres de profondeur. J'ai juste ajouté une planche à l'arrière pour l'équerrage. Comme je destine ce meuble à stocker les bûchettes de bois vert que je viens à faire ici et là, et qu'il est bon de laisser le bois vert au moins un an à la pluie avant de le mettre au sec, mais que je ne vois pas d'endroit dans le jardin où je puisse commodément installer ce bûcher à ciel ouvert, je l'ai mis à l'entrée du hangar, de sorte que s'il ne reçoit pas la pluie droite, il sera au moins arrosé par la pluie oblique.
Je ne sais pourquoi les paroles d'une vieille chanson de Léo Ferré, Pour tout bagage on a vingt ans..., me sont revenues par bribes et me tournaient dans le cassis, alors je l'ai cherchée sur Youtube et j'en ai écouté trois versions. Il y a je pense plus de vingt ans que je ne l'avais entendue, ou que le souvenir même ne m'en était revenu. Comme souvent chez Ferré les paroles présentent un mélange de grandiloquence un peu ridicule, et des formules qui frappent juste. J'étais content de l'écouter mais ça me fichait un peu le bourdon.
Vers six heures, j'ai dîné d'un demi-melon, qui me restait d'hier, avec du pâté de chez Lidl, qui n'est pas mauvais. Et une bière.
Et dans la soirée, je me suis fait des cup noodles. Je ne pourrai plus en manger sans penser à Septier, je crois.