Films vus en mars.

Le 4ème étage, de Josh Klausner (1999). Plus ridicule qu’effrayant. D.

Le dernier nabab, d’Elia Kazan (1976). Avec plusieurs stars mais très peu de magie. D.

Le grand restaurant, de Jacques Besnard (1966). Malgré le charme sympathique de la couleur d’époque, cette comédie turbulente ne mériterait qu’une note passable, si elle ne comportait dans les premières minutes la scène géniale où de Funès, patron du restaurant, donne une recette de cuisine en allemand, cependant que les ombres d’un lustre lui dessinent une chevelure et des moustaches à la Hitler. Il faut avoir vu ça. Mémorable aussi, la scène où il se grime en tarlouze capricieuse pour tester son personnel. B.